Séance unique




Hide and Seek

Festival EVERYBODY'S PERFECT


ANNONCE

Suite à un début d’incendie au Zoo, aucune entité de l’Usine n’est autorisée à ouvrir ce soir. Nous devons donc malheureusement annuler la venue du Festival Everybody’s Perfect.
Nulle personne n’a été blessée dans cet incident.
Pensées à nos ami.e.x.s du Zoo et aux autres associations qui ont connu de gros dégâts matériels.
Merci pour votre compréhension.

Ask Any Buddy

Festival EVERYBODY'S PERFECT


ANNONCE

Suite à un début d’incendie au Zoo, aucune entité de l’Usine n’est autorisée à ouvrir ce soir. Nous devons donc malheureusement annuler la venue du Festival Everybody’s Perfect.
Nulle personne n’a été blessée dans cet incident.
Pensées à nos ami.e.x.s du Zoo et aux autres associations qui ont connu de gros dégâts matériels.
Merci pour votre compréhension.

The Roof

Soirée de soutien à PFC'E


19h30 Ouverture de la caisse et buffet palestinien (salades et mezzés)
20h30 Projection et discussion par skype avec le réalisateur Kamal Aljafari

« En Palestine, le documentaire est nécessaire : si on ne capture pas une situation, elle disparaît peu à peu. Je dois évidemment accomplir cette fonction. Ça fait partie de moi. Mais une partie de moi souhaite toujours passer outre la réalité, faire un pas de côté par rapport à elle pour créer quelque chose de plus artistique ».

Dance First Think Later. Rencontre entre danse et arts visuels

Festival


Exposition pluridiscipinaire au Commun, Bâtiment d’art contemporain Evénements en collaboration avec la Bâtie – Festival de Genève, l’ADC – Association pour la danse contemporaine, le MAMCO, le Musée d’art et d’histoire, le Cinéma Spoutnik, la Fête de la danse Genève

Hotel New York + Nadja à Paris

Ouverture avec Jackie Raynal


Jackie Raynal est d’abord monteuse ou plutôt « ouvrière spécialisée » comme elle aime le rappeler. Au début des années 60, à la faveur d’une rencontre avec Barbet Schroeder, elle se voit confier le montage de certains films d’Eric Rohmer, notamment son court-métrage Nadja à Paris (1964). Extrait de cette balade à Paris d’une étudiante américaine: « Je n’ai aucun but précis. Je m’assoie comme ça. Je n’attends personne, j’ai simplement envie d’être là. » En 1974, Jackie s’installe à New York et partage quelques années plus tard son expérience d’exil dans Hotel New York (1984). Extrait: « Laissons le destin jouer son rôle. »

Beyrouth plusieurs fois

𝗣𝗿𝗼𝗷𝗲𝗰𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗲𝘁 𝗰𝗼𝗹𝗹𝗲𝗰𝘁𝗲 𝗱𝗲 𝗳𝗼𝗻𝗱𝘀 𝗲𝗻 𝘀𝗼𝗹𝗶𝗱𝗮𝗿𝗶𝘁𝗲́ 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝗕𝗲𝘆𝗿𝗼𝘂𝘁𝗵


À la lumière de cette situation, nous avons sélectionné plusieurs films de Beyrouth et sur Beyrouth qui seront projetés dans différentes villes du monde. Les dons collectés lors de ces projections seront placés là où ils sont le plus nécessaires pour soutenir directement des personnes et subvenir à leurs besoins immédiats. Tous les bénéfices seront répartis entre des organisations qui offrent une aide aux travailleurs migrants, aux réfugiés, aux transgenres et aux LGBTQ, ainsi que les petites initiatives offrant un soutien de base – nourriture et moyens de reconstruction – ainsi qu’un fonds de solidarité pour les arts.

Projections de court métrages – Pride against racism


Parmi les performances, discussions, ateliers, dj-sets organisés du 2 au 4 juillet par la Pride Against Racism, une projection de 4 films se tiendra au Spoutnik et prolongera l’élan de la manifestation anti-raciste (3/7 -18h30).

No Apologies

En soutien à la lutte anti-raciste


Des hommes noirs, menacés par la police et stigmatisés par la population, se rassemblent dans un lieu autogéré au cœur de la ville. Ils témoignent de leur quotidien et revendiquent leurs identités, sans avoir à s’excuser de ce qu’ils sont.

Deux films de Sayaka Mizuno


“Ses oreilles sont loins, elle n’entend pas”. “Et si tu ne rentres pas, tu vas te faire avoir par les thons”.

Deux roues, trois luttes: courts métrages du Grec


D’un ouvrier à mobylette aux coursiers Omar et Marwen, en passant par une manifestation de jeunes travailleurs de Vélib’, c’est le récit en trois temps d’une population périurbaine de Paris dont on omet volontiers le véhicule de sa précarité.

Carte blanche à Camille Dumond et Delphine Jeanneret


Cette soirée de projections présente des films qui offrent une réflexion sur la représentation du travail et son univers contemporain. Le lieu – architectural, professionnel, émotionnel – agit comme échappatoire et possibilité du fantastique, où les rapports humains évoluent ou bien se désagrègent.

We need to take guns

Projection suivie d’une discussion avec les réalisatrices et une présentation de la campagne de soutien « Celox »
Prix libre


Ce documentaire tourné à Raqqa (Syrie), donne la parole aux membres du Bataillon International de Libération (IFB). L’IFB est une unité combattante internationaliste des YPG, les forces arabo-kurdes qui mènent et défendent la révolution du Rojava dans le nord de la Syrie. Cette révolution a apporté un modèle sociétal progressiste, démocratique, défendant les femmes et les différents peuples qui habitent la région. Les combattant·e·s des YPG sont la principale force qui a permis de repousser et détruire le califat de l’Etat Islamique en Syrie.

Sois-belle et tais-toi


Delphine Seyrig s’entretient avec vingt-quatre actrices françaises et américaines sur leur expériences professionnelles en tant que femme, leurs rôles et leurs rapports avec les metteurs en scène, les réalisateurs et les équipes techniques. Bilan collectif plutôt négatif en 1976 sur une profession qui ne permet que des rôles stéréotypés et aliénants.

Un couteau dans le coeur


L’année recommence avec un petit diptyque autour de la boîte de nuit lesbienne de Simone Barbès ou la vertu, à laquelle Yann Gonzalez fait un petit clin d’oeil dans Un couteau dans le coeur. Ingrid Bourgoin, la protagoniste principale du premier, apparaît dans le deuxième, au bar de cette boîte qui vingt-huit ans après n’as pas changé d’esprit…

Simone Barbès ou la vertu

Projection de réouverture suivie d’un cocktail pétillant


L’année recommence avec un petit diptyque autour de la boîte de nuit lesbienne de Simone Barbès ou la vertu, à laquelle Yann Gonzalez fait un petit clin d’oeil dans Un couteau dans le coeur. Ingrid Bourgoin, la protagoniste principale du premier, apparaît dans le deuxième, au bar de cette boîte qui vingt-huit ans après n’as pas changé d’esprit…