VERS LA TENDRESSE + LA MORT DE DANTON


dim. 11 févr. 2018   15h
mar. 13 févr. 2018   20h30
jeu. 15 févr. 2018   20h30

Réalisation
Alice Diop
Pays
France
Année
2011
2016
Langue
VO français
Format
HD
Vidéo
Durée
102’
Cycle

LE CINÉMA DE ALICE DIOP

DIMANCHE 11 FÉVRIER À 15H SÉANCE EN PRÉSENCE DE ALICE DIOP
DISCUSSION ANIMÉE PAR LE COLLECTIF AFRO-SWISS

VERS LA TENDRESSE
France, 2016, 38’

Des jeunes hommes racontent leur rapport avec l’amour, le sexe et la tendresse. Les déambulations dans la ville mettent en scène ces hommes dans leurs représentations dans la société, tandis que les récits en voix-off présentent sans filtres des témoignages sur des sujets très intimes et loin des stéréotypes.

Pendant un atelier sur le thème de l’amour à Montreuil, Alice Diop a rencontré quatre jeunes hommes. Elle a enregistré leurs conversations et leurs témoignages et eu envie d’en faire en film. À partir de ce matériel sonore, elle a construit une « mise en scène de voix off » où les interprètes ne sont pas forcément ceux qui parlent. Vers la Tendresse explore le sentiment amoureux et questionne les représentations des masculinités aux cinéma ainsi que les normes affectives. Le film a reçu le César du meilleur court-métrage que la réalisatrice a dédiée à ces jeunes « dont les voix portent peu, pas assez et pour certains même plus du tout » comme Théo, Adama Traoré, Zyed et Bouna…

LA MORT DE DANTON
France, 2011, 64’

Steve Tientcheu, jeune comédien, est admis au Cours Simon, une formation d’acteurs·rices dans une prestigieuse école de théâtre de France. Il commence une nouvelle vie qui l’amène chaque jour de la cité des 3000 d’Aulnay-sous-Bois à Paris. Au Cours Simon, Steve est entouré de camarades blanc·he·s, issu·e·s en partie de familles fortunées et constamment renvoyé à sa provenance sociale. La mort de Danton raconte le parcours d’un jeune homme qui cherche à déjouer les statistiques pessimistes du déterminisme social.

a

a

a

LE CINÉMA DE ALICE DIOP

Alice Diop est l’une des plus brillantes documentaristes françaises. Née en 1979, elle intègre l’atelier documentaire de la Fémis après un Master en Histoire et des études en sociologie visuelle. Son bagage sociologique nourrit le traitement cinématographique qu’elle pose sur ceux et celles qui n’ont ni parole ni visibilité. Avec La mort de Danton, portrait du jeune comédien Steven Tientcheu, elle gagne plusieurs prix dont une Étoile de la Scam et un prix au Cinéma du Réel à Paris. Après plusieurs années de repérages, elle finalise La permanence, film tourné dans une permanence gratuite à Bobigny pour des primo-arrivant·e·s. Son dernier film Vers la tendresse est primé du César du meilleur court métrage, qu’elle dédie aux victimes des violences policières.

a


Prochainement

Le Fou

Les années 68 à Genève

lun. 24 sept., 19h

Quatre d’entre elles

Les années 68 à Genève
précédé du film “Swiss Graffiti”

mar. 25 sept., 19h

La Salamandre

Les années 68 à Genève

mer. 26 sept., 19h

Histoires d’A

Les années 68 à Genève

jeu. 27 sept., 19h
séance introduite par une membre du MLF genevois

Le Sang

Les années 68 à Genève

ven. 28 sept., 19h
En présence de l’un des membres des Tréteaux Libres

L’une chante l’autre pas

Film de minuit
spécial 68
entrée libre

ven. 28 sept., 23h30

Histoires d’A

Les années 68 à Genève

sam. 29 sept., 19h

Vive la mort

Les années 68 à Genève

dim. 30 sept., 17h
En présence de Francis Reusser

Les Printemps de notre vie (fragments)

Les années 68 à Genève

dim. 30 sept., 19h
En présence de Francis Reusser

Histoires d’A

Les années 68 à Genève

lun. 1 oct., 19h

Quatre d’entre elles

Les années 68 à Genève
précédé du film “Swiss Graffiti”

mar. 2 oct., 19h

Histoires d’A

Les années 68 à Genève

mer. 3 oct., 19h

I am Gagarin

Spoutnik en orbite: 4 octobre 1957

jeu. 4 oct., 20h30

The Movement of Phill Niblock

GLUFF: Carte double

ven. 5 oct., 21h
en présence de membres du LUFF

The Sex Thief

Film de minuit
GLUFF: Carte double
entrée libre

ven. 5 oct., 23h30
en présence de membres du LUFF

Quatre d’entre elles

Les années 68 à Genève
précédé du film “Swiss Graffiti”

sam. 6 oct., 19h

Compétition Internationale DOC’ANIM 1

FESTIVAL ANIMATOU 2018

dim. 7 oct., 18h

Compétition Internationale DOC’ANIM 2

FESTIVAL ANIMATOU 2018

dim. 7 oct., 20h

Donbass

Ukraine sous pression

lun. 8 oct., 20h30

Compétition Internationale LABO

FESTIVAL ANIMATOU 2018

mar. 9 oct., 19h

La casa lobo

FESTIVAL ANIMATOU 2018
Avant première

mer. 10 oct., 20h

Donbass

Ukraine sous pression

jeu. 11 oct., 20h30

Cérémonie de remise des prix & films primés

FESTIVAL ANIMATOU 2018

ven. 12 oct., 19h39

American Pop

Film de minuit
Séance psychotronique spéciale
FESTIVAL ANIMATOU 2018
entrée libre

ven. 12 oct., 23h30

Best of Annecy

FESTIVAL ANIMATOU 2018

sam. 13 oct., 20h

Donbass

Ukraine sous pression

dim. 14 oct., 20h30

L’Héroïque Lande, la frontière brûle

Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval
en collaboration avec la HEAD – Département Cinéma

lun. 15 oct., 19h
en présence de Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval, discussion avec Pierre Yves Vandeweerd

Low Life

Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval
en collaboration avec la HEAD – Département Cinéma

mar. 16 oct., 19h
en présence de Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval, discussion avec Pierre-Yves Vandeweerd et Bertrand Bacqué

Donbass

Ukraine sous pression

mer. 17 oct., 20h30

Donbass

Ukraine sous pression

jeu. 18 oct., 20h30

Donbass

Ukraine sous pression

ven. 19 oct., 20h30

Disintegration

Film de minuit
Carte Blanche à Oleksiy Radynski du Visual Culture Research Center - Kiev
entrée libre

ven. 19 oct., 23h30

Donbass

Ukraine sous pression

sam. 20 oct., 20h30

Varta1, Lviv, Ukraine

Ukraine sous pression

dim. 21 oct., 19h

Donbass

Ukraine sous pression

dim. 21 oct., 20h30

Ukraine contre-culture

Ukraine sous pression

lun. 22 oct., 19h
séance en présence de Anatoly (Tolik) Belov, Oleksiy Radynski et Lyuba Knorozok

My Father is my Mother’s Brother

Ukraine sous pression

mar. 23 oct., 19h
en présence de Anatoly (Tolik) Belov

Donbass

Ukraine sous pression

mer. 24 oct., 19h
film précédé du court métrage “People Who Came to Power” et d’une discussion avec Lyuba Knorozok et Oleksiy Radynski du Visual Culture Research Center de Kiev