CINÉ-CONCERTS




PARASITE SANS S – IMAGES DÉCOUSUES DE SENS

CINÉ-CONCERT


“Images décousues de sens” est un film où Malizia creuse le sillon du cinéma d’animation et de la vidéo expérimentale – tendance artisanale, poétique et colorée. On y croise des personnages à tête de tambour, de piano ou de clarinette – toute ressemblance avec la réalité est évidemment fortuite. Des plantes luxuriantes poussent dans la caboche de bonshommes à tête de maison. Plus loin, une jeune fille se trémousse les fesses, comme un canard libre et décalé. Impossible ou presque de créer des liens entre les séquences, et pourtant, l’univers de Malizia Moulin est d’une cohérence monolithique : DÉdoublé, DÉroutant, DÉsossé & DÉcapant.

La musique de “Parasite sans s”, déjoue les pièges du jazz-funk, de la poésie sonore et se débat avec délice dans un bouillon d’énergie rock. Attention les S.S.S.S.S frappent même à leur porte! Dans un grand dénuement de sens, elles s’éclatent à apprivoiser ce bestiaire tout droit sorti du laboratoire d’images folles de Malizia et déjouent le côté parfois monochrome du sens, en déesses du royaume de l’irréel, dédiées au passé, au présent et à l’ultra futur.

NOMADTON JOUE TISCHE!

CINÉ-CONCERT


“Tishe!” a été entièrement tourné depuis une fenêtre qui donne sur un carrefour de Saint-Pétersbourg en Russie. Les canalisations souterraines ont une fuite de vapeur et les ouvriers s’attellent à leur réparation avec les machines de constructions. Ce film inattendu présente avec un certain humour le cycle des passant·e·s, la vie sociale, les réparations et les canalisations qui cassent encore et encore.

Plus inattendue encore, la musique de “Nomadton” est créée avec deux instruments traditionnels des régions alpines qui ont voyagé dans l’Eurasie. Soutenus par des équipements électroniques pour un résultat évolutif, cyclique et minimal, les sons primordiaux venant d’instrument de bois et de métal partent de racines bien ancrées qui, par nappes transcendantes successives finissent par atteindre le cosmos.

INFLATON JOUE OCTOBYAR

CINÉ-CONCERT
ONDLUE! FESTIVAL D'ÉCOUTE ÉLECTRONIQUE


Armé de machines venant d’autres galaxies et donnant la possibilité de communiquer avec l’au-delà, le duo de musique électronique expérimentale Inflaton réinterprète la bande son du classique russe pour fêter les 100 ans de la révolution.

MUSIC FOR THE SPACE JOUE LONDON AFTER MIDNIGHT

CINÉ-CONCERT
ONDLUE! FESTIVAL D'ÉCOUTE ÉLECTRONIQUE


Illustration sonore par le légendaire Damien Schmocker, 90 années après la sortie du film qui à été malheureusement perdu. Une version était sortie en 2002 en format diaporama.

DAVE PHILLIPS JOUE COWARDS BEND THE KNEES

CINÉ-CONCERT
ONDLUE! FESTIVAL D'ÉCOUTE ÉLECTRONIQUE


Dave Phillips pratique l’Action Video à base de boucles, de samples de voix et d’objets pour un rituel sonique, un exorcisme audio-visuel, une guérison cathartique.

EMMA SOUHARCE ET THOMAS KÖPPEL JOUENT JEAN PAINLEVÉ

CINÉ-CONCERT
ONDLUE! FESTIVAL D'ÉCOUTE ÉLECTRONIQUE


Errance sonore à travers deux courts-métrages des biologistes Jean Painlevé et Geneviève Hamon. Emma et Thomas élangent enregistrements concrets et sons de synthèse pour une promenade en demi-conscience, éveillée et surréaliste.

MASSICOT JOUE AËLITA

CINÉ-CONCERT D'OUVERTURE


Alors que la Russie révolutionnaire sort victorieuse d’une guerre civile, il y a encore sur Mars une société matérialiste dirigée par un régime impérialiste et esclavagiste. La reine Aëlita profite de la visite de cosmonautes soviétiques pour renverser le pouvoir, mais elle semble avoir un deuxième agenda.

JUST ANOTHER WOMAN IN SPACE

CINÉ CONCERT THEREMIN


« Just Another Woman In Space» floats idyllic somewhere in outerspace. Everything turns, everything bursts and all over, only a trillion miles of darkness remain. Goodbye my friend. »

L’IRONIE DU SON JOUE PIPELINE

FESTIVAL FACE Z 2016


Projection en avant-première de « Pipeline », premier long-métrage du genevois Gabriel Bonnefoy. Elliot, 30 ans, est envoyé en Alaska pour des travaux de maintenance sur le Trans-Alaska Pipeline. Face à la grandeur des étendues sauvages, Eliott va peu à peu perdre pied. Le voyage professionnel va alors se muer en aventure initiatique.

USSR 1926 – WE STOOD LIKE KINGS JOUE “LA SIXIÈME PARTIE DU MONDE” DE DZIGA VERTOV

CINÉ-CONCERT
QUATUOR POST-ROCK


We Stood Like Kings est issu de la scène post-rock belge. Constamment fluctuante, sa musique progresse du minimalisme ambiant à l’ampleur épique, de l’ombrageux au céleste et chaque strate sonore se métamorphose avec élégance en une dimension nouvelle et inattendue. Son inspiration est à trouver chez Mogwai, Explosions in The Sky et Godspeed You! Black Emperor.

INFLATON JOUE π DE DAREN ARONOFSKY

CINÉ CONCERT


Le duo genevois Inflaton, formé par D.C.P. et POL avec leurs synthétiseurs analogiques et numériques, pédales d’effet et autres machines électroniques, se frotte à la réinterprétation de la bande sonore du premier long métrage de Daren Aronofsky. π ou l’ordre du chaos, film où paranoïa et génie mathématique se rencontrent, à l’image de la musique des artistes se situant entre martellement entêtant et recherche de fréquences hypnotiques induisant de sombres phénomènes psychoacoustiques.

NOISE ’N’ SCIENCE BY CHRIS HENSCHKE A.K.A CAPTAIN SATAN

CINÉ-CONCERT


Artiste reconnu, faisant la tournée des accélérateurs de particules dans le monde entier, ce physicien australien ne manque jamais de prendre sa caméra pour en sortir des images époustouflantes avec une grosse touche d’effets psychédéliques et délirants. À cela s’ajoute sa musique bruitiste et sauvage, bidouillée depuis sa collection de machines électroniques. Le Spoutnik vous entraîne pour une descente vertigineuse dans les recoins les plus sombres de l’astrophysique.

BJARNI GUNNARSSON JOUE SUR LES COURTS-MÉTRAGES DE CÉDRIC DUPIRE

FOCUS CÉDRIC DUPIRE
EN PRÉSENCE DE CÉDRIC DUPIRE
CINÉ-CONCERT EN QUADRIPHONIE


« À l’origine, une envie d’échange et des territoires communs : les matières, les textures et le mouvement. Un mouvement organique qui travaille le son granulaire et le grain de la pellicule. Un mouvement temporel qui s’affranchit des mesures et des cadences d’obturation. »

FOREVER PAVOT + LA BANDE À JOE

CINÉ-CONCERT ROCK


Quand Rock This Town Extrafine s’invite au Spoutnik et em-barque Cheptel Records à la fête, le cocktail devient explosif et embrase en une nuit la décembre naissante ! Le très filmatik Forever Pavot qui, entre autres Mellotrons et orgues vintages, s’habille des déliriums d’Antonioni ou du groove italien des Gobelins chers à Argento et autres Bava, et débarque de sa Rochelle natale via Paris à l’orée d’une tournée Européenne. Et quand en plus la Bande à Joe, charismatique quintet Lausannois, vernit enfin son disque sur Cheptel Records à Genève – soirée couronnée de délires cinématographiques à la sauce Spoutnik-, ça donne la plus belle sortie de nos vies. Soirée Prog-Psych-Rock-Cinémato-Musicale, nouvelles nations encore secrètes, et champignons magiques.

SOUND 8 ORCHESTRA, BERLIN

CINÉ-CONCERT SUPER 8
GLOBAL SUPER 8 DAY 2015


Soirée électro, analogique, pelliculaire avec un duo synthéti-seur et batterie fondé par Matthias Wyder, musicien suisse exilé à Berlin, accompagnant des films Super 8 projetés depuis trois projecteurs. Entre ambiances rétrofuturistes, musiques de films de série B et sons électroniques psyché-déliques, Sound 8 orchestra plongera le Spoutnik dans une atmosphère délirante et intemporelle.

PLAISTOW JOUE AVEC NICOLAS BERGER

UNDERGROUND & EXPERIMENTS #3
CINÉ-CONCERT


Trio genevois d’exception, Plaistow – du nom d’un titre de Squarepusher – chérit les plongées périlleuses dans les profondeurs du minimalisme, aux confins du jazz, du rock et de l’électronique. Cyril Bondi à la batterie, Vincent Ruiz à la contrebasse et Johann Bourquenez au piano à queue (eh oui!) brouillent les cartes. Leur « post-jazz » est d’une puissance scénique époustouflante et fourmille d’improvisations défricheuses, de jeux de piste et fausses pistes.
Depuis cette année les concerts de Plaistow sont accompagnés des projections vidéo de Nicolas Berger pour un dialogue radical entre le son et l’image.