Plein air


mer. 25 sept. 2019   20H30

Réalisation
Guillaume Robert
Pays
France
Suisse
Année
2019
Langue
sans dialogues
Format
DCP
Durée
124'
Cycle

1000 Écologies
entrée libre
soirée proposée par Bénédicte le Pimpec et Isaline Vuille

mer. 25 sept. 2019, projection suivie d’une discussion avec l’artiste


Une équipe d’ouvriers construit une serre géante sur la péninsule d’El Ejido au sud-est de l’Andalousie. Le tissage de la structure pharaonique et artisanale ouvre un huis-clos brûlant et venteux, contemplatif et musical. Les gestes, les rythmes métamorphosent les travailleurs en danseurs, en acrobates, en funambules. Du film exsude un réalisme magique. Les protagonistes de la construction – ouvriers, matériaux, terrain, conditions atmosphériques – flirtent avec la danse, la science-fiction, le western, le land art.

Le travail de Guillaume Robert se développe à partir de la vidéographie, et s’ouvre depuis plusieurs années à l’objet, l’installation, le texte, le son, la photographie.

1000 Écologies

Changing signs can change the existing order of things. Living organisms change their environment on the basis of their own images of that environment.
– Kalevi Kull

La créativité n’est pas l’exclusivité des humains, c’est le moyen que tous les vivants se donnent pour mieux sentir ce qui les entoure. Établir les différentes facettes de la créativité et échapper aux déterminations socioculturelles pour l’émergence d’autres conceptions et pratiques de l’art, en alliance avec les autres vivants. Autrefois, l’écologie était liée à des notions de proximité et d’immédiateté, du familier, du bon, de la maison, etc., mais de nos jours elle rompt ses liens avec des dogmes d’authenticité. Dans un élargissement spectaculaire de son champ d’action, il est désormais reconnu qu’il existe des écologies de l’esprit, de l’information, des sensations, de la perception, du pouvoir, de la participation, du social, du politique… mille écologies. Cette prolifération n’est pas simplement une extension métaphorique du potentiel de l’écologie naturelle, elle reflète plutôt l’imbrication profonde d’éléments naturels et technologiques dans la constitution des environnements contemporains que nous habitons. Cette écologie des écologies initie et exige la complexité et l’urgence du défi de la pensée écologique que nous ne pouvons pas éviter si nous voulons demander et même avoir une chance d’affecter les agencements des modes de vie, humains ou autres, qui participeront à l’avenir de cette planète. La principale approche de cet évènement de mille écologies passe par le motif de l’échafaudage. Un échafaudage est une construction temporaire constituée de ponts, de passerelles ou de plates-formes. Il a pour vocation de permettre l’accès en tous points d’un bâtiment à édifier ou à réparer. L’échafaudage qui s’érige depuis l’espace du Commun se présente comme une « biosphère relationnelle » qui essaye de tisser des trames unissant entre les « deux cultures », les sciences humaines et les arts, d’une part, et les sciences naturelles et techniques de l’autre. Plus largement parlant, les champs culturels et ceux qui traitent avec les phénomènes naturels. Dans cette tentative de proposer des récits, des questionnements et des représentations autour de ces multiples écologies, l’échafaudage permet de bâtir des escaliers et des ascenseurs vers les espaces du possible. D’amener à franchir, pas à pas, les espaces entre le territoire de ce qui lui est familier et connu, son expérience, et le territoire de ce qui lui est possible de savoir ne serait plus une tâche inatteignable. Quand la construction est terminée, on peut retirer les échafaudages et retrouver notre liberté de mouvement. Il s’agit de concevoir tout autrement l’idée même d’environnement pour qu’il comprenne l’ensemble des phénomènes qui font sens. Les 1000 Écologies est pris dans sa capacité relationnelle pour ouvrir à des écologies de la pensée, de la subjectivité, du désir, du pouvoir, de l’affect et de la créativité. Quelles sont ces écologies pratiques et politiques, ces relations multiples pour ouvrir le réel à des devenirs possibles?
– Anna Barseghian

spoutnik


Prochainement

Quatre courts métrages très sonores

Son et Cinéma
Films choisis par Philippe Ciompi

mar. 10 déc., 20H30

en présence de Philippe Ciompi

Le Scaphandre et le papillon

Son et Cinéma

mer. 11 déc., 20H30

en présence de Philippe Ciompi

Écoute la salle obscure

Son et Cinéma
Diffusion de pièces sonores originales
Séance précédée par le vernissage de "dé|re|compositions" à l’espace Forde

jeu. 12 déc., 21H

Distant & Dialogue

Les Journées des Films Kurdes de Genève
17h apéro d’ouverture, 19h projections

ven. 13 déc., 17H

Se préparer pour être en retard & My Sweet Pepper Land

Les Journées des Films Kurdes de Genève

sam. 14 déc., 19H

Robin Minard, field recordings

Son et Cinéma
Présentation et diffusion deux pièces radiophoniques
Avec brunch

dim. 15 déc., 17H

en présence de Robin Minard

Je ne laisserai jamais dire que ce n’est pas la plus belle chanson du monde

En collaboration avec les éditions Cousu-Mouche et l’Association La Teuf
entrée libre, chapeau pour les artistes

lun. 16 déc., 20H30

Nos Défaites

Sortie

mar. 17 déc., 20H30

Nos Défaites

Sortie

mer. 18 déc., 20H30

Marché de fin d’année du Spoutnik

jeu. 19 déc., 17H

La nuit la plus longue pour des primés avec le Festival Animatou

Courts métrages
entrée libre

jeu. 19 déc., 19h

By repetition, you start noticing details in the landscape

Projection de courts métrages 16mm

ven. 20 déc., 19H

Expanded TV – Biblioteq Mdulair & Synkie

Performance audiovisuelle analogique

ven. 20 déc., 21H