Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/clients/65ae49b02edc850f2a828691743cfaa6/web/wp-content/themes/spoutnik-2/app/controllers/Film.php on line 68



ELEKTRO MOSKVA


dim. 20 avril 2014   22H
mer. 23 avril 2014   20H
jeu. 24 avril 2014   20H
ven. 25 avril 2014   20H
sam. 26 avril 2014   18H
dim. 27 avril 2014   18H
dim. 27 avril 2014   20H
lun. 28 avril 2014   20H
mar. 29 avril 2014   20H

Réalisation
Dominik Spritzendorfer
Elena Tikhonova
Pays
Autriche
Année
2013
Langue
ST français
VO allemand
Format
Vidéo
Durée
89'
Cycle

SORTIE
AVANT PREMIÈRE POUR ELECTRON FESTIVAL

AVANT PREMIÈRE LE 20 AVRIL à 22H À L’OCCASION DU ELECTRON FESTIVAL

« Le monde sonnait différemment. » Alexey Borisov

Les ondes, l’électricité, la révolution de 1917, l’industrialisation de la guerre, la conquête de l’espace, les premiers appareils d’écoute, la Guerre froide : c’est dans ce contexte que les ingénieurs soviétiques créèrent le futur de la nanotechnologie. À l’intérieur de ce foisonnement de nouvelles machines militaires, ces mêmes ingénieurs conçurent des produits au dessein moins destructeur : les toutes premières machines musicales électroniques.

Le Thérémine (tout premier instrument de musique électronique se jouant sans contact physique), le Rythmicon (première boîte à rythme, inventée en 1930) ou encore l’ANS (synthétiseur hors-norme créé en 1937 capable de transformer les images en sons) : ces fabuleux synthétiseurs ont pu voir le jour grâce à l’industrie de l’armement et aux services secrets dont les agents fournissaient sous le manteau des composants et pièces auxquels ils étaient les seuls à avoir accès à l’époque.

ELEKTRO MOSKVA est un documentaire riche en trouvailles, en histoires, provenant d’archives privées et d’images d’état pour la plupart inédites, dont notamment la dernière interview de Léon Thérémine en 1993 (qui revient sur ses premières inventions et son apport au KGB) ou des images de la scène électronique underground des années 80 emmenée par Alexey Borisov et ses groupes The Center (New Wave) ou Notchnoy Prospekt (techno industrielle).

L’âge d’or de la musique électronique soviet résulte des fondamentaux du DIY :

l’indispensable créativité, l’habilité à utiliser ses méninges pour obtenir ce que l’on veut et savoir comment le fabriquer quand on ne peut pas entrer dans un magasin et se procurer ce que l’on désire. Aujourd’hui toute une génération composée de musiciens, de collectionneurs, de bidouilleurs, de chercheurs, d’inventeurs s’empare à nouveau de ces « instruments du futur » avec la même passion. Bienvenue dans un monde où 10’000 lumières clignotent comme dans un vaisseau spatial transporté par une musique cosmique aux synthés imprévisibles!

elektro mosk 1