Folk, cinéma?

Chants à capella, musique de fêtes, de bals issues des petites cellules sociales, songwriting contestataire portée par Woody Guthrie, puis Dylan et Joan Baez ou alors sorties cette dernière semaine, les mélodies pop de Taylor Swift réunies sous la bannière de “folklore”, toutes ces différentes pratiques musicales démontrent que le terme folk renvoie à un imaginaire pluriel et parfois confus. Se pencher sur ce genre musical permet de se rendre compte que son histoire est faites de tensions et d’interrogations. Que raconte la fascination subite pour certain.es 68ardes pour les traditions populaires? Comment interpréter l’obsession de certain.e.s à faire de la musique rurale ou exotique des produits de ventes ou alors des objets patrimoniaux? Le folk, tel qu’on l’entend et l’on a pu l’entendre, est-il uniquement la résultante d’une récupération ou d’un vol de traditions populaires et locales? La musique traditionnelle résiste-t-elle encore à l’heure du libéralisme et de la standardisation des formes de vie? Existe-elle aujourd’hui qu’en termes de produit recalibré, édulquoré pour le marché ou alors qu’en termes d’argument nationaliste?

Vient alors enfin la question de la place du cinéma au regard de toutes celles posées ici. Quel rapport entretient la caméra avec ces musiques? S’exerce-t-elle, elle aussi en termes de collectage, de récupération ou de fascination? Certains films sont-ils fabriqués, pensés comme on jouerait un morceau traditionnel? Ainsi, nous souhaitons faire du Spoutnik un lieu rythmé par certaines de ces questions, à l’échelle d’une fois par mois. C’est une recherche en cours, guidé par un désir de mettre en tension les époques et les pratiques. Confronter un groupe et un film, trouver des formes qui rendrait à ce répertoire son énergie populaire, lyrique ou son contenu politique en évitant les écueils de la description documentaire et la fiction idéalisante.




Le folk des alpages (projections + concert)

Folk, cinéma? #2


Quand les premiers cow-boys de pacotille, la guitare en bandoulière, ont commencé à yodler sur les scènes d’outre-Atlantique, on a eu la preuve que les musiques alpines savaient s’exporter ! Mais, au-delà des clichés, connaît-on vraiment bien ce patrimoine musical commun qui relie tous les pays de l’arc alpin ?