septembre 2021





Le silence autour de Christine M. de Marleen Gorris

On réouvre!


Les premières minutes du Silence autour de Christine M. (1982) de Marleen Gorris laissent présager un téléfilm des plus basiques, de ceux qu’on peut voir à toute heure et sur toute chaîne encore aujourd’hui. La fin, à l’image de sa réception lors de sa sortie, déchaîne les passions. Éclats de rire et crises de colère se font face. Le propos du film est des plus limpides: trois femmes étrangères l’une de l’autre assassinent un homme dans une boutique de vêtements.

Operai, contadini

L'internationale Straub et Huillet


Savez-vous comment on fait la ricotta? On met le fromage à égoutter, saupoudré de sel, dans quelque chose en osier où il prenne forme et sèche. La marmite est pleine de petit-lait restant. Le feu en dessous est seulement braise et on ne le laisse pas s’éteindre et on y jette des broussailles pour le faire flamber à nouveau. Cependant on ajoute au petit-lait du lait frais. On peut en ajouter peu et alors on aura quand la marmite bouillira une couche mince. Mais plus on en ajoute et plus sera haute la couche de ricotta qui ensuite se forme à la surface. Cela les bergers le font d’habitude, le matin. Nous au contraire nous le faisions à la brune, pour avoir le soir une bonne soupe chaude par-dessus la fatigue de tout le travail mais en commençant quand il y avait encore du soleil, étant donné que pour cuire avec des broussailles, il fallait le faire en plein air et non dans la cuisine.

La subtile mémoire des humains du rivage

Rassemblement et projection aux Bains des Pâquis


Face à l’extension du pass sanitaire, il reste à imaginer des déviations: Projections nomades en plein air Expériences de rue Cantines de trottoirs avec d’autres personnes avec d’autres lieux

La subtile mémoire des humains du rivage

discussion + films à l'îlot 13


Il y a 27 000 ans à Marseille, des êtres vivants, utilisant leurs mains comme pochoirs, projetaient de leur bouche des pigments sur les parois des grottes habitées. Nos quartiers sont les grottes d’aujourd’hui, et nous reproduisons les mêmes gestes ; nous appelons ça du cinéma. Dans cette ville, des hommes, des femmes, des enfants que les siècles séparent, accomplissant le même geste de se projeter sur leurs murs, s’affirment présents et souverains.

L’ordre de Jean Daniel Pollet

discussion et film en plein-air, au silure!


« Nous avons seulement besoin d'amour. Amour en tant que personne qui a eu une infortune. Et non comme s’il était un phénomène, une sorte différente d'homme. Parce que nous aussi nous sommes des hommes qui avons les mêmes rêves. Nous ne voulons pas être classé dans quelqu'autre monde séparé, différent. »