Deux fois


ven. 20 nov. 2020   20h30

Réalisation
Jackie Raynal
Pays
France
Année
1969
Langue
VO français
Format
16mm
Durée
67'
Collaboration
Cycle

«Vite, Zanzibar», Mosset et autres #4

ven. 20 nov. 2020, ANNULÉ!


«Vite, Zanzibar», Mosset et autres #4

En collaboration avec le Mamco, dans le cadre de l’exposition Olivier Mosset

DEUX FOIS, Jackie Raynal, 1969, France, 16mm, 67′

A l’occasion de la réouverture du Spoutnik en septembre dernier, la réalisatrice Jackie Raynal est venue présenter HOTEL NEW YORK, film retraçant ses premières expériences au coeur de l’underground New Yorkais des années septante. Quelques années plus tôt, Jackie oeuvrait à Paris, au sein du groupe Zanzibar, qu’on peut considérer comme un autre foyer de la nébuleuse underground propre à cette période. Encouragée et financée par Sylvina Boissonas, alors mécène de tous les films Zanzibar, Jackie réalise Deux fois en 68. Le titre du film renvoie à son histoire de production: le budget alloué au film correspondant à de quoi tourner deux fois des scènes en 35mm. Et renvoie également à un désir de la cinéaste: contrarier la forme-conte, il était deux fois et non une fois. Selon Adrian Martin, on peut voir dans ce film une nouvelle version d’Alice au pays des merveilles dans lequel une femme connaît une métamorphose perpétuelle, au cours de laquelle elle devient enfant. Elle entre dans ce rituel auto-érotique qui s’auto-pérpétue, non par des drogues hallucinogènes et autres accesoires dionysiens mais par les ponts de la narration, de la performance, du théâtre: les masques et les mouvements de l’artifice. Si le film accorde une part importante aux puissances de l’imaginaire, le rêve se dissipe néanmoins par pointe pour laisser place à une déconstruction sauvage et agressive du cinéma d’exploitation dominant. En témoigne cette scènes où Jackie nous fixe alors même qu’elle urine.





Vite Zanzibar, Mosset et autres

Un mot d’abord – la vitesse – pour tenter de rassembler les sept films de ce programme. Car chacun d’eux est l’expression d’un geste fulgurant, pulsion de vie pour disparaître ensuite. 1967-1973, l’expérience Zanzibar: des jeunes dandy enragé.e..s, réuni.e.s par un même désir de révolution aussi bien intérieure qu’extérieure, font une série de films où il est question de se “se perdre dans l’extase.” Cela dure quelques années seulement et ça ne pouvait pas durer plus. Le temps d’une jeunesse qui dérive dans les rues et vit l’imminence de mai 68 autant que son testament. “Seule issue: se tendre vers le recoin de la perte. Seule vitesse: la lumière” dit une voix off dans Détruisez-vous. Le temps aussi de Vite: film comme une pure déclaration de guerre à la lenteur. Ce combat n’est qu’une facette d’une lutte plus globale. La cible? Tout ce que le cinéma de consommation fait habituellement: solidifier les identités, produire des mythes, faire primer la narration sur tout le reste. Ainsi, Deux fois de Jackie Raynal s’ouvre sur cette annonce: “Ce soir ce sera la fin de la signification”. S’ensuit un film magnifique, “ciselage moderne et féministe du cinéma dominant et nouvelle version d’Alice aux pays des merveilles” pour reprendre les termes d’Adrian Martin.
 
La fulgurance de Zanzibar trouve des résonances ailleurs. Aussi à la veille de mai 68, Etienne O’Leary, proche de Zanzibar, compose des morceaux psychédéliques qu’il associe à l’agitation des rues de Paris, Lausanne, Londres. Des films-trips qui ouvrent des portes à Pierre Clementi, auteur de deux brûlots poétiques trempés d’acide. (Visa de Censure N°X et La révolution n’est qu’un début). Le sublime Clementi est aussi le corps fétiche des films Zanzibar et l’acteur d’un film rare, Wheels of Ashes, réalisé par un New Yorkais échoué dans les rues de Paris en 67. Là encore, l’élan vital voisine avec l’attrait du néant. S’y croisent deux jeunes mendiant.e.s christiques, en quête d’intensité et de paradis artificiels. “On me dit que je m’éloigne de la réalité, la seule que je connaisse c’est le chaos.”

 Parcourir ces sept films, c’est se rendre compte qu’entre les deux pôles de la contre-culture (New York, Paris), la limite est poreuse, que ces deux mondes géographiquement lointains convergent vers une idée de pop-culture: beauté, acide, utopie, mysticisme et la musique en toile de fond. En 1973, la voix de Nico, du Velvet Underground fait vibrer le désert du Nouveau Mexique dans La cicatrice intérieure, dernier film-zanzibar réalisé par Philippe Garrel. Ici encore se devine la possibilité d’une communauté utopique en même temps que la détresse d’une génération.

 Saut dans le temps enfin, entre 1979 et 1980, dans les clubs new yorkais. Il est à nouveau question de la jeunesse, au lendemain de Warhol, de la Factory et du Velvet Underground. Des musicien.e.s, des artistes et des cinéastes passent tant derrière la caméra que devant. C’est le moment No Wave et ça donne entre autres ces deux films, Underground USA et Downtown 81. On y trouve Basquiat, ses errances, son amour du graffiti sur les murs de Manhattan. On y contemple aussi toute une faune, aussi généreuse qu’inquiète, aussi flamboyante que prête, en direct, à se consumer.
 
Tom et Nathan

 
À l’occasion de la rétrospective qu’il consacre à Olivier Mosset, le MAMCO s’associe au Spoutnik pour proposer, sur deux week-ends, un programme de 6 séances consacrées au peintre. En effet, en marge de son activité picturale, Mosset a toujours entretenu un certain rapport au cinéma expérimental. Proche de Pierre Clémenti, Daniel Pommereulle puis Philippe Garrel, Mosset a ainsi participé activement à l’aventure des films Zanzibar à la fin des années 1960. Détruisez-vous, Vite, Deux fois : avec les moyens généreux mis à disposition par la mécène Sylvina Boissonas, toute une génération de très jeunes cinéastes a pu réaliser des films qui « forment un lien passionnant entre la Nouvelle Vague et l’avant-garde, entre le film poème et le film narratif » ainsi que les envisageait Jonas Mekas. Au tout début des années 1980, Mosset s’est retrouvé cette fois-ci associé au cinéma no wave de New York, en apparaissant dans les films mythiques que sont Underground USA et Downtown 81 aux cotés d’Eric Mitchell, Patti Astor ou Jean-Michel Basquiat. Au delà de ce qu’elle témoigne sur l’œuvre de Mosset, la projection de ces films rares permet ainsi de s’immiscer dans les scènes expérimentales qui animent le Paris de mai 68 et le New York de la fin des années 1970, dévasté par la crise immobilière.
 
Paul Bernard