Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/clients/65ae49b02edc850f2a828691743cfaa6/web/wp-content/themes/spoutnik-2/app/controllers/Film.php on line 64



A SPELL TO WARD OFF THE DARKNESS


mer. 5 mars 2014   20H
jeu. 6 mars 2014   20H
ven. 7 mars 2014   20H
sam. 8 mars 2014   18H
sam. 8 mars 2014   20H
lun. 10 mars 2014   20H
mar. 11 mars 2014   20H

Réalisation
Ben Rivers
Ben Russell
Pays
Allemagne
Estonie
France
Année
2013
Langue
ST français
VO anglais
Format
DCP
Durée
98'
Cycle

EXPERIMENTAL / TERRITORIES
SORTIE

EXPERIMENTAL / TERRITORIES
LE SAMEDI 8 MARS À 20H EN PRÉSENCE DE PHILIPPE CIOMPI, INGÉNIEUR DU SON

« Marqué par la solitude, une beauté extatique et un optimisme des plus sombre, A SPELL… est une proposition radicale pour la mise en forme de l’utopie dans le présent. »

A SPELL TO WARD OFF THE DARKNESS (magnifique titre pâlement traduisible par « Une incantation pour conjurer les ténèbres ») se présente comme un triptyque contemplatif questionnant le rapport de l’individu au monde. Magnifiquement filmé en Super 16mm, il suit un personnage solitaire (joué par le musicien Robert A. A. Lowe) dans trois environnements distincts – en communauté sur une île d’Estonie / seul dans la nature boisée de Finlande / en tant que membre d’un groupe de Black Metal dans un concert en Norvège.

Le rythme du film se calque sur la dérive apaisée et flottante de ce protagoniste mutique qui transmet au spectateur sa sérénité sombre pour atteindre des états de grâce proches de l’hypnose, de la transe et du psychédélisme. Chaque plan convoque l’attention du spectateur d’une manière extrêmement immersive. Image et univers sonore sont mis au diapason pour une exploration de la contemplation, de l’oisiveté, de la latence. Non pas de l’ennui, mais de l’intensité du non événement qui touche par moment au sublime. Objet filmique inclassable et indéfinissable, A SPELL…prolonge le dialogue hyper créatif entre les deux « Bens ». Pour rappel, leur rencontre remonte à 2006 lorsque Rivers avait invité l’américain Russell à la cinémathèque de Brighton, qu’il a co-fondé en 1996. Dès lors, ils n’ont cessé de joindre leur deux univers en des projets communs relevant de la complémentarité parfaite. Ni documentaires, ni films ethnographiques, mais un mélange des deux, augmentés d’une dimension résolument expérimentale, leur travail trippé-pointu poursuit son évolution avec ce dernier film, découvert au Festival de Locarno, et qui continue depuis son parcours remarqué (section Wavelenght du Toronto Film Festival, projection au MoMA).

spell darkness 2

spell darkness affiche

EXPERIMENTAL / TERRITORIES

Du mercredi 5 mars au mardi 1 avril 2014

Les territoires ne sont pas toujours que des espaces matériels et géographiques, les territoires peuvent être humains, imaginaires, mais aussi avoir un caractère politique, social, mythique.
Spoutnik propose d’explorer la notion du territoire à travers une sélection de films marquants, obsédants, dérangeants, tous un peu fous et originaux.

Le choix s’est porté sur des films « costauds », hors des standards, avec leurs propres vocabulaires, leurs propres géographies, et dont le point commun est, malgré des réalisateurs d’horizons très très différents : un voyage
hypnotique. Trip post-apocalyptique au coeur de la centrale de Fukushima pour les films de Philippe Rouy, allers-retours en téléphérique qui amène touristes et locaux népalais au temple de Manakamana (Stephanie Spray+ Pacho Velez), dérive au coeur de la frontière Birmanie-Thaïlande par des jeunes qui flottent de trafics en trafics chez Midi Z, un homme pour 3 vies en Scandinavie pour Ben Rivers+ Ben Russell.

Expérimentaux, tous ces films le sont. Expérimental, dans quel sens ? Celui d’une démarche claire, radicale, d’un renouveau du langage, des sujets, de la vision, en dehors des produits standardisés. Un cinéma actif qui s’oppose à l’uniformité, à l’image de la vie, multiple et complexe. Un cinéma libre, au plus près de son sujet, remaniant la notion de la distance filmeur-filmé, du cadrage, du dispositif, pour parler autrement de la vie, et en quelque sorte la réinventer. Souvent, c’est simple, original, ça se déploie à l’écran et dans nos corps de spectateurs.