Suisse




ANGELS_L.A._DIARY

BRUNCH - PERFORMANCE


« ANGELS_L.A.DIARY est un film tiré du journal que nous avons tenu lors de nos deux résidences de travail à Los Angeles. Il relate nos pérégrinations et nos rencontres avec des personnes issues des nombreuses communautés qui forment la population angeline. Celles-ci évoquent leur arrivée à Los Angeles, ce qu’elles font aujourd’hui. Elles nous confient leurs projets et la manière dont elles se représentent leur avenir ainsi que celui de la cité. Le film raconte aussi les premières étapes de travail de création du spectacle Angels. » A.Simon, C.Weiter

CARTE BLANCHE #2

GODARD - PLUS JEUNE QUE LES JEUNES


Si le film est bon, c’est un idiot, et si le film est mauvais, c’est un prince. JLG

Godard incarne un cinéaste inspiré du personnage de L’Idiot de Dostoïevski, s’entêtant à vouloir faire un film impossible sur la Russie post URSS.

L’ARGENT

LUMIÈRE NOIRE ROBERT BRESSON


Un faux billet de 500 francs se passe de main en main avant d’être remis à Yvon, un jeune livreur. Il se retrouve injustement accusé d’avoir tenté d’écouler des contrefaçons et perd son emploi. Yvon entre alors dans l’engrenage infernal de la prison, du vol, et de la déchéance. La chute du protagoniste qui se voit poussé à commettre les pires crimes, apparaît comme une conséquence d’une injustice originelle due à l’appât du gain.

ACID SCIENCE UNDERGROUND

EN PRÉSENCE DE TOUTE L'ÉQUIPE DU FILM


Un Scientifique reclu avec un sens diffu de la réalité évolue dans les tunnels d’un grand laboratoire d’expérimentations à la recherche de réponses.

PALESTINE : FILMER C’EST EXISTER 2014 SAMEDI 29

PALESTINE: FILMER C'EST EXISTER


La Nakba, c’est la blessure qui touche le coeur du peuple palestinien depuis l’exode forcé de 1948, une souffrance qui s’est répétée avec la guerre de 1967, et qui est hélas encore d’une actualité brûlante avec la construction du Mur, l’occupation des maisons palestiniennes à Jérusalem et Hébron, et l’accaparement quotidien des terres palestiniennes par l’extension des colonies.

GENET À CHATILA // THOUGH I KNOW THE RIVER IS DRY + RÊVES D’EXIL // LE PUITS + LE VILLAGE SOUS LA FORÊT // SHASHAT – FESTIVAL DE FILMS DE FEMMES // LE SEL DE LA MER

TONY MORGAN FILM HOMMAGE

UNDERGROUND & EXPERIMENTS #3
EN PRÉSENCE DE FRANCOIS BOVIER, SAMUEL GROSS ET CHRISTINE SERDALY MORGAN


Tony Morgan, artiste actif au sein du réseau Fluxus, groupe international à géométrie variable constituant une nébuleuse plutôt qu’un mouvement constitué selon des principes institués, privilégiait les formes de la performance et de la création collective.

GAELLE ROUARD – CARTE BLANCHE

UNDERGROUND & EXPERIMENTS #3
EN PRÉSENCE DE GAËLLE ROUARD


1 an plus tard, Gaëlle revient au Spoutnik pour nous montrer son nouveau film-performance accompagné d’autres perles issues de sa Juke Film Boxe. Carte blanche le lendemain, avec 2 films chers à ses yeux : beauté, exaltation, mystère et trépidation seront au rendez-vous

NUVEM NEGRA

BIENNALE DE L'IMAGE EN MOUVEMENT 2014


Nuvem Negra, le film de Da Cunha pour la BIM 2014, décrit la fin d’un monde, celle de la favela Reboleira. Ce petit village au cœur de l’agglomération de Lisbonne est menacé par un projet d’autoroute. Alternant des parties documentaires révélant l’histoire du quartier et les récits des différents habitants, le film explore de manière continue la perméabilité de la réalité et de la fiction dans le cinéma contemporain, et capture une façon de vivre vulnérable, susceptible de disparaître bientôt.

LA DISPARITION DES AÏTUS

BIENNALE DE L'IMAGE EN MOUVEMENT 2014


Essai poétique en trois parties sur Tuvalu, un micro-Etat du Pacifique Sud menacé par la montée des eaux. La première partie propose une analogie entre la disparition du pays et celle de l’imaginaire de ses habitants. La deuxième partie annonce une fable métaphorique entourant la modernisation électrique de l’île, conçue et réalisée en collaboration avec un groupe d’habitants de Tuvalu. Le dernier chapitre adresse les informations scientifiques qui relient la façon dont les vagues « nourrissent » l’endroit à la façon dont elles permettent la création de récits, les menaçant aussi bien que les stimulant.

BENNY’S VIDEO

TEENAGE ! DÉRIVES & DÉRIVÉS


Benny, jeune garçon de 14 ans d’origine bourgeoise, compense l’absence de ses parents par la pratique de l’image vidéo. Son rapport au monde passe de plus en plus par les écrans et sa caméra. Sa rencontre avec une jeune fille devant un vidéo-club va faire basculer son sens des réalités.

NOURATHAR

MAPPING FESTIVAL 2014


NOURATHAR explore le rapport entre l’art et la technologie à travers les portraits de six artistes dont les pratiques sont liées aux nouvelles technologies. Ce documentaire, tourné essentiellement dans le cadre de la 8ème édition du Mapping Festival, donne la parole à ces créatifs qui s’interrogent autant sur les normes visuelles de demain que sur la place grandissante de la technologie dans nos vies.

KLOPFENSTEIN NIGHT MOVIES

COLLABORATION AVEC LE CPG
EN PRESENCE DE CLEMENS KLOPFENSTEIN


À l’occasion de l’exposition inédite au Centre de la photographie Genève autour de la genèse de cette oeuvre majeure (STILL, THE FILM du 4 avril au 25 mai), le cinéma Spoutnik s’associe pour vous faire (re)découvrir ces 3 films mythiques.

FESTIVAL DAF: IV – MULTI-FRUITS

PERFORMANCES
PRIX LIBRE


Pour sa deuxième édition, du 6 au 16 mars, le DAF festival invite le public à 10 jours de performances et d’installations transdisciplinaires, pour la plupart produites au terme de résidences et d’explorations diverses à La Reliure – Atelier Cenc. À cette occasion, le cinéma Spoutnik ouvre ses portes au DAF pour la soirée « IV – Multi-fruits », programmation dédiée à la performance audio visuelle !

SILLONS

COURTS-MÉTRAGES EXPÉRIMENTAUX
GRATUIT


En complément à l’exposition « Sillons » proposée par Halle Nord, Spoutnik a sélectionné avec l’aide du Fmac une série de courts métrages issus du Fonds André Iten pour explorer les différentes évocations du microsillon.

THE THING

JOHN CARPENTER IS IN TOWN...


Un chien est recueilli par les membres d’une équipe de scientifiques américains basés en Antarctique alors qu’un hélicoptère norvégien essaye d’abattre l’animal. En se rendant dans le camp d’où provenait l’appareil, les chercheurs découvrent le corps d’une créature monstrueuse qu’il ramènent à leur base pour l’autopsier…

LA NUIT LA PLUS LONGUE POUR DES PRIMÉS PALMARÈS ANIMATOU 2013

Du samedi 21 au samedi 21 décembre 2013


La plus longue nuit de l’année ? L’occasion idéale pour vous couler dans un canapé et découvrir les primés d’Animatou 2013, dont les coups de coeur de Max Hattler, Atsushi Wada et Hayan Kam Nakache.
10 courts-métrages en 72 minutes, le tout avec du vin chaud dans le plus beau cinéma du monde!

MONSTRE FESTIVAL 2013

VERNISSAGE DU DVD "FRANKENSTEIN ENCORE & DON QUIJOTE DE LA MANCHA"
PRIX LIBRE


Pour sa troisième édition, Le Monstre -festival de micro-édition et de sérigraphie- ne se contente pas d’investir la quasi intégralité de l’Usine, mais déploie ses tentacules dans plus de six lieux différents pour mettre en avant toutes formes d’éditions artisanales. Le Monstre est un virus géant terrible, il propage sa fièvre amoureuse du D.I.Y le plus largement possible et compte bien vous contaminer!

Anamnèse – Courir les rues

5 films de Dominique Comtat


Petite cosmogonie porte-à-faux : le monde s’anime : l’immobile hésite, l’homme se meut, l’automobile s’arrête. La création du monde pose pour le photographe ; le trait file vers sa fin. Alternance du fixe et du mouvant, du mouvement et de sa fixation : c’est bien celle d’une cosmogonie. (Alain Monnier)

Courir les rues

5 films de Dominique Comtat


Film d’animation, fiction documentaire.
Une balade cinématographique et littéraire dans les rues de Paris sur les traces des poèmes de Raymond Queneau.

Ich lebe gern, ich sterbe gern

Film SIDA film SIDA


Le 2 juillet 1984, à la conférence de presse annonçant la création de l’Aide Suisse contre le SIDA », l’aveu d’Andre Ratti fir sensation, provoquant de vives réactions dans la population. Un homme de télévision, que les Suisses alémaniques connaissaient par son émission MTW, avait eu l’audace d’évoquer publiquement les deux tabous majeurs de notre société : le sexe et la mort.

Séance de courts métrages 4

Focus Peter Liechti


Senkrecht/Waagrecht – Kick that habit – Grimsel ein Augenschein

Une note finale dans des paysages super-8 transformés et on se retrouve à pêcher dans le trouble avant de passer sous l’eau pour rejoindre l’atelier où le film se sonorise tout seul.

Séance de courts métrages 3

Focus Peter Liechti


Ausflug ins Gebirge – Grimsel ein Augenschein

Je souhaite faire un tour en télésiège. Sur d’infinis alpages avec un télésiège infini.

Séance de courts métrages 1

Focus Peter Liechti


Senkrecht/Waagrecht – Théâtre de l’espérance – Kick that habit

Le matériel a été récolté d’une part à Genève en clandestin, resquilleur à ce grand spectacle, et d’autre part ce sont les images TV qui ont été retravaillées assez longtemps jusqu’à ce qu’elles deviennent dociles.

Step Across the Border

A Ninety minute of celluloid improvisation de Werner Penzel et Nicolas Humbert


Un documentaire sur le musicien Fred Frith, né en 1949 en Angleterre, avant-gardiste issu de la musique pop, toujours à la recherche de nouveaux sons, de nouvelles musiques qui transgressent les frontières et les classifications. Dans ce film, deux formes d’expression artistique, musique improvisée et cinéma direct, s’entrecroisent.

Caprices

5 films de Véronique Goël


Caprices, moyen métrage de la genevoise Véronique Goël, s’élabore dans une interaction image-son très poussée autour du violoncelliste Alexander Balanescu – virtuose ancien membre du Quatuor Arditi – et la musique du compositeur contemporain Salvatore Sciarrino.

Allegro – Caprices

5 films de Véronique Goël


Entre les mots – le texte (littéraire) et les choses qui apparaissent et disparaissent (paysage, nature, architecture) – des mots qui jamais ne se figent en images cinématographiques ; entre ces mots se développent des espaces, ceux de l’invisible et de l’imaginaire. Allegro, c’est de l’anti-cinéma, au meilleur sens du terme. L’opposition rigoureuse du courant du texte et de celui de l’image, le fait de s’en tenir à ces deux niveaux sans aucun compromis font que le film va au-delà de la simple cinématographie ; il ouvre une dimension nouvelle : celle de ce qui ne peut se traduire en images, de ce qui ne peut pas être dit.

Je vais et je viens

un film de Aude Vermeil


un film de Aude Vermeil avec Fabienne Abramovic et Eveline Murenbeeld

TAGEDIEBE


Tagediebe (littéralement : « les voleurs de jour »), chronique berlinoise des années 80, nous révèle un jeune cinéaste suisse fixé à Berlin, Marcel Gisler. C’est un film original, très écrit, remarquablement dirigé, qui n’a rien à voir avec les nombreux ouvrages similaires, souvent marqués au coin de la pire paresse intellectuelle, venus d’Allemagne. Marcel Gisler prend trois personnages – chacun « émigré » de l’intérieur à sa façon – venus tenter leur chance dans la capitale…

SWISSMADE-2069

EN PRÉSENCE DE FREDI M. MURER


« Dans ce film, les derniers groupes de fortes têtes incorrigibles ont été assignés à résidence en marge des régions civilisées par la victoire des forces de l’ordre et de la classe médiocrement moyenne. On y prescrit toujours la même distance – comme celle qu’il y a entre un territoire de protection et le monde réel et officiel entre sa propre république et l’étranger que constitue son environnement immédiat, entre le vaisseau spatial et la Terre. » (Pierre Lachat)

CE N’EST PAS NOTRE FAUTE SI NOUS SOMMES DES MONTAGNARDS

EN PRÉSENCE DE FREDI M. MURER


Qu’y a-t-il en effet de plus étranger l’un à l’autre, qu’un intellectuel ou artiste et ces gens de la montagne qui sont pourtant les fondateurs, les pères de la nation ? Comment leur parler ? Comment les écouter ? Et ce village natal du cinéaste héberge comme par hasard le monument de Guillaume Tell : nous sommes donc au coeur du mythe. C’est de là que sont parties (et reviennent) toutes les fausses images sur nos origines. Ainsi un film documentaire travaillé comme une enquête ethnographique, devient-il une représentation de l’image juste, par rapport à l’image fausse de notre histoire. (Richard Dindo)

VISION OF A BLIND MAN

EN PRÉSENCE DE FREDI M. MURER


« Deux amis de Murer, Renzo Schraner et Christian Kurz sont allés chercher le cinéaste à son domicile, le 21 juin 1968, à quatre heures trente du matin. Murer s’est aussitôt recouvert les yeux au moyen de lunettes rendues impénétrables à la lumière et il s’est muni de sa caméra, maintenue par une crosse d’épaule à la hauteur de ses yeux. Christian Kurz s’est occupé du magnétophone et de la prise de son, tandis que Schraner fonctionnait en qualité de chauffeur et filmait Murer en train de filmer. On avait repéré 21 endroits de tournage. Murer filme effectivement à 21 endroits, livré uniquement à son ouïe et à son toucher ». (Pierre Lachat)

L’ESPACE D’UN INSTANT

EN PRESENCE DE FRANZ REICHLE


« A l’époque, cela bougeait en ville. Stéphanie et Frank se rencontrent, travaillent pour une cause commune, s’aiment et se haissent. Aujourd’hui, l’ordre règne dans la ville. La cause commune n’existe plus. Stéphanie et Frank se sont quittés. Ils se retrouvent pour deux ou trois jours. » (Franz Reichle)