novembre-décembre 2017

Quand deux militantes féministes s’emparent d’un média, de la caméra vidéo au numérique , pour donner une voix à celles qui ne l’ont pas. Le Cinéma Spoutnik accueille en novembre Amandine Gay — pour la sortie de son documentaire autoproduit Ouvrir la Voix — qui rassemble des témoignages de femmes Afro-descendantes en francophonie, et présente un focus autour de Carole Roussopoulos — pionnière de la vidéo militante — qui porte à l’écran de nombreuses luttes féministes, ouvrières et anti-capitalistes dans les années septante.

Le mois de novembre prête l’écran au cinéma comme moyen de lutte. Trans*Visions présente Voltrans — film sur les communautés trans* en Turquie — dans le cadre du TDOR, Journée internationale du souvenir Trans*. Le centre kurde des droits de l’homme présente 14 Juillet en commémoration au coup d’état turque contre le peuple kurde. Les Rencontres cinématographiques: Palestine, Filmer C’est Exister (PFC’E) présentent des films qui contribuent à la réécriture du passé pour interroger le présent, tout en restituant au peuple palestinien son Histoire.

Il sera aussi question d’archives cinématographiques en accueillant la venue de Khadijeh Habashneh — directrice du Département des archives et du cinéma à l’Institut du cinéma palestinien de 1976-1982 — qui sera parmi nous lors des Rencontres PFC’E 2017 et de Nicole Fernandez — déléguée générale du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir à Paris — qui présentera les archives créées en 1982 par Carole Roussopoulos, Delphine Seyrig et Ioana Wieder afin de constituer une mémoire audiovisuelle des mouvements de femmes.



AMANDINE GAY REVIENT AU CINÉMA SPOUTNIK LE JEUDI 2 NOVEMBRE 2017


DISCUSSION AUTOUR DU FILM OUVRIR LA VOIX ORGANISÉE PAR LE COLLECTIF AFRO-SWISS

Consécutivement à la projection du film Ouvrir la voix, le Collectif Afro-Swiss aura le grand plaisir de modérer une discussion en présence de la réalisatrice Amandine Gay et d’autres femmes afro-descendantes de Suisse. La discussion aura pour thème le film et la manière dont il fait écho à des expériences qui se vivent également dans l’espace helvétique.

OUVRIR LA VOIX

SORTIE


Ouvrir La Voix est un documentaire sur les afro-descendantes noires d'Europe francophone (France et Belgique). Le film permet de repenser l'universel à partir du vécu d'afro-descendantes noires. Le film aborde certes la question des intersections de discriminations, mais il révèle aussi l’hétérogénéité et la grande diversité au sein des communautés afro-descendantes, qu’il s’agisse du rapport de ces femmes à la créativité, à la parentalité, à la dépression, à la sexualité ou à la religion.

CAMÉRA AU POING – CAROLE ROUSSOPOULOS DU 14 AU 16 NOVEMBRE 2017


Hommage à Carole Roussopoulos, figure du féminisme et pionnière de la vidéo militante documentaire. Dans les années septante, en pleine période de contestation sociale, elle donne la parole à celles et ceux qui sont tenu·e·s au silence: les femmes, les ouvrier·ère·s, les immigré·e·s, les homosexuel·le·s, les prostitué·e·s, etc. En 1982, elle fonde avec Delphine Seyrig et Ioana Wieder le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir à Paris pour créer une mémoire audiovisuelle des mouvements de femmes.

EN COLLABORATION AVEC ESPACE FEMMES INTERNATIONAL (EFI) ET LE FESTIVAL LES CRÉATIVES

DEBOUT! UNE HISTOIRE DU MOUVEMENT DE LIBÉRATION DES FEMMES

CAMÉRA AU POING - CAROLE ROUSSOPOULOS
EN COLLABORATION AVEC ESPACE FEMMES INTERNATIONAL (EFI) ET LE FESTIVAL LES CRÉATIVES


À travers de nombreuses archives (sonores, photographiques et audiovisuelles), ce film rend hommage aux femmes qui ont créé et porté le Mouvement de libération des femmes (MLF) en France et en Suisse, à leur intelligence, leur audace et leur humour. Il se pose comme un relais entre les pionnières et les nouvelles générations.

MONIQUE, CHRISTIANE ET YVONNE – TROIS FILMS DE CAROLE ROUSSOPOULOS

CAMÉRA AU POING - CAROLE ROUSSOPOULOS
EN COLLABORATION AVEC ESPACE FEMMES INTERNATIONAL (EFI) ET LE FESTIVAL LES CRÉATIVES


Hommage à Carole Roussopoulos, figure du féminisme et pionnière de la vidéo militante documentaire. Dans les années septante, en pleine période de contestation sociale, elle donne la parole à celles et ceux qui sont tenu·e·s au silence: les femmes, les ouvrier·ère·s, les immigré·e·s, les homosexuel·le·s, les prostitué·e·s, etc. En 1982, elle fonde avec Delphine Seyrig et Ioana Wieder le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir à Paris pour créer une mémoire audiovisuelle des mouvements de femmes.

TRANSFORMATION DES LUTTES FÉMINISTES, DES ANNÉES 1970 À NOS JOURS

CAMÉRA AU POING - CAROLE ROUSSOPOULOS
EN COLLABORATION AVEC ESPACE FEMMES INTERNATIONAL (EFI) ET LE FESTIVAL LES CRÉATIVES


Hommage à Carole Roussopoulos, figure du féminisme et pionnière de la vidéo militante documentaire. Dans les années septante, en pleine période de contestation sociale, elle donne la parole à celles et ceux qui sont tenu·e·s au silence: les femmes, les ouvrier·ère·s, les immigré·e·s, les homosexuel·le·s, les prostitué·e·s, etc. En 1982, elle fonde avec Delphine Seyrig et Ioana Wieder le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir à Paris pour créer une mémoire audiovisuelle des mouvements de femmes.

LES GARÇONS SAUVAGES

TOUT SUR BERTRAND MANDICO
AVANT PREMIÈRE EN PRÉSENCE DE BERTRAND MANDICO


Début du vingtième siècle, cinq adolescents de bonne famille épris de liberté commettent un crime sauvage. Ils sont repris en main par Le Capitaine, le temps d'une croisière répressive, sur un voilier. Les garçons se mutinent. Ils échouent sur une île sauvage où se mêlent plaisir et végétation fantastique. La transformation peut commencer…

COURTS MÉTRAGES DE BERTRAND MANDICO

TOUT SUR BERTRAND MANDICO
EN PRÉSENCE DE BERTRAND MANDICO


Petite grande sélection de courts de Bertrand Mandico réalisés entre 1993 et 2010, avec notamment “Le Cavalier bleu” réalisé à l’école d’animation au CFT Gobelins à Paris, avant la consécration de “Boro in the Box” à la Quinzaine des Réalisateurs en 2011.

MANDICO IN THE BOX

TOUT SUR BERTRAND MANDICO


Un court et moyen métrage de Bertrand Mandico avec Elina Löwensohn autour de la collection érotique macabre.

HORMONA

TOUT SUR BERTRAND MANDICO


Trois court métrages de Bertrand Mandico autour du désir, un cabaret étrange, une recherche désepérée et une convoitise.

INTO ETERNITY

DIPTYQUE MICHAEL MADSEN


La problématique de l’élimination adéquate de déchets radioactifs porte avec elle une responsabilité millénaire. Même si nous disposons aujourd’hui d’un procédé qui met efficacement sous clé les déchets mortels pour notre siècle, quels dangers cet héritage présentera-t-il pour nos descendant·e·s d’ici quelques siècles, voire millénaires?

THE VISIT – AN ALIEN ENCOUNTER

DIPTYQUE MICHAEL MADSEN


Deuxième opus de la trilogie sur l’humanité, dont le dernier volet est encore à venir, “The Visit - an Alien Encounter” simule un événement qui ne s’est encore jamais produit dans l’histoire de l’humanité: la première rencontre entre les Terrien·ne·s et un être intelligent venu de l’espace.

BONHEUR ACADÉMIE

SORTIE


Filmé lors d’un véritable stage raëlien, « Bonheur Académie » met en scène une histoire fictionnelle qui s’est adaptée au rythme, aux activités et à l’environnement de l’Université du Bonheur en mêlant acteur·trice·s aux adeptes du mouvement de Claude Vorilhon, alias Raël. Le travail photographique et les qualités plastiques et sont étonnantes, tant au niveau des compositions que des couleurs pétantes qui restituent les joies de l’été. Elles participent à nous transmettre l'étrangeté de cette expérience immersive dans ce microcosme hédoniste.

TRANSFORM & NO-BINARY

SOIRÉE EN COLLABORATION AVEC LE TU
EN PRÉSENCE DE ROMEO KOYOTE ROSEN
ENTRÉE LIBRE


Je suis Romeo Koyote Rosen. Mon être est transformation. Être transformation, ou n’être rien dans une dictature de construction binaire du genre, est ma réponse et ma révolte contre le racisme, le sexisme, l’homophobie, l’hermaphroditophobie et la transphobie. En 2002, moi-même avec d’autres SwissTrans_Queerblacks et personnes racisées avons fondé une plateforme queer féministe subversive appelée www.suendikat.ch. Je vis une utopie de diversité de genre, c’est mon travail en tant que Two Spirit sur cette planète terre.

14 JUILLET

EN COLLABORATION AVEC LE CENTRE SOCIÉTÉ DÉMOCRATIQUE KURDE DE GENÈVE ET LE CENTRE KURDE DES DROITS DE L’HOMME


L’état turc mène le coup d’Etat militaire du 12 septembre 1980 avec pour objectif premier d’étouffer la lutte menée pour la reconnaissance de l’identité, la langue, la culture du peuple kurde ainsi que la reconnaissance de leurs droits fondamentaux.

VOLTRANS

TRANS*VISIONS
PROJECTIONS DE FILMS TRANS*


Ce documentaire retrace le parcours d'hommes trans militants en Turquie, dans un contexte particulièrement répressif ; une histoire de résistance et d'émancipation.

SENSIBILITÉS TRANSMISES

SOIRÉE PROPOSÉE PAR LE COLLECTIF AFRO-SWISS
EN COLLABORATION AVEC WETU


Pour cette troisième édition de mises en scène publiques de textes et/ou d’échanges, le Collectif Afro-Swiss, en collaboration avec Wetu, a choisi de thématiser la question de la transmission pour les afro-descendant·e·s* de Suisse. A cette occasion, des contributions de Suisse romande et allemande, en français et en anglais, seront partagées dans un environnement chaleureux, respectueux et bienveillant. Mêlant les arts au témoignage d’expériences de vie et de ressentis, ce moment se veut un espace d’introspection, ouvrant de nouveaux horizons pour les personnes noires de Suisse et la société dans son ensemble.

BAMSEOM PIRATES, SEOUL INFERNO

EN COLLABORATION AVEC LE GIFF - GENEVA INTERNATIONAL FILM FESTIVAL


Deux étudiants anarchistes/nihilistes sud-coréens créent Bamseom Pirates, le groupe de grindcore le plus controversé de la scène séoulienne. Sung-gun (bassiste) et Yong-man (batteur) crachent leurs racines punks dans des concerts en des lieux désaffectés ou dans la rue lors de manifestations non autorisées. Ils reprennent à leur compte les problématiques de leur société, à savoir entre autres, l’énorme tabou nord-sud, l’explosions des communautés évangélistes ou le néolibéralisme appliqué à outrance.

NOMADTON JOUE TISCHE!

CINÉ-CONCERT


“Tishe!” a été entièrement tourné depuis une fenêtre qui donne sur un carrefour de Saint-Pétersbourg en Russie. Les canalisations souterraines ont une fuite de vapeur et les ouvriers s’attellent à leur réparation avec les machines de constructions. Ce film inattendu présente avec un certain humour le cycle des passant·e·s, la vie sociale, les réparations et les canalisations qui cassent encore et encore. Plus inattendue encore, la musique de “Nomadton” est créée avec deux instruments traditionnels des régions alpines qui ont voyagé dans l’Eurasie. Soutenus par des équipements électroniques pour un résultat évolutif, cyclique et minimal, les sons primordiaux venant d’instrument de bois et de métal partent de racines bien ancrées qui, par nappes transcendantes successives finissent par atteindre le cosmos.

AU NORD/JOURNÉE BLANCHE – BLEU TUNGSTÈNE

PERFORMANCE AUDIOVISUELLE SUR TROIS ÉCRANS EN QUADRIPHONIE


Les abords d'une ville. Des trentenaires y recherchent les cadres intacts de terrains vagues explorés dans l'enfance. Depuis les périphéries, ils n'ont plus qu’à considérer, avec circonspection, ce qu’il reste d’une période postindustrielle. Héritiers de la croissance passée sur laquelle ils n’ont pas prise, ils passent, errent, s’échappent. L’atmosphère des infrastructures et des chantiers périurbains dépeint ce qui, malgré nous, nous conditionne et nous dépasse. Distance, parfois désarroi. Les regards glissent des bords du fleuve vers ceux des voies ferrées et des autoroutes, là où l'industrie, en sites bien protégés, déploie sa verticalité et affiche son étonnante technicité. Ciné-concert au pied de la lettre, “Au Nord/Journées blanches” agence sur trois écrans et en quadriphonie, images super 8 parfois vidéoprojetées, sons préparés, guitare, diapositives, et basse.

KOLLAPS (MELBOURNE) & OPERANT (BERLIN)

CONCERT/PROJECTION POST INDUSTRIAL NOISE


Transcendance robotique à répétition, “Operant” jouera sa sombre et magnifique musique bruitiste avant les post-industrialistes australiens de “Kollaps”. Leur dernier album “Sibling Lovers” est une dissection à vif des conflits inhérents à deux énergies antagonistes mais intimement liées: confusion et contrôle. Leurs sons proviennent de décharges de plastique, de ferraille et d’acier avec une voix déchirante qui scande des prévisions de ce monde cancéreux, retournant les déchets de la société moderne contre elle-même. Au final, ce rouleau compresseur qui pétrit le cérumen et récure le cerveau à l’eau de javel laissera un sentiment de nettoyage complet du corps et de l’esprit.

PARASITE SANS S – IMAGES DÉCOUSUES DE SENS

CINÉ-CONCERT


“Images décousues de sens” est un film où Malizia creuse le sillon du cinéma d’animation et de la vidéo expérimentale – tendance artisanale, poétique et colorée. On y croise des personnages à tête de tambour, de piano ou de clarinette - toute ressemblance avec la réalité est évidemment fortuite. Des plantes luxuriantes poussent dans la caboche de bonshommes à tête de maison. Plus loin, une jeune fille se trémousse les fesses, comme un canard libre et décalé. Impossible ou presque de créer des liens entre les séquences, et pourtant, l’univers de Malizia Moulin est d’une cohérence monolithique : DÉdoublé, DÉroutant, DÉsossé & DÉcapant. La musique de “Parasite sans s”, déjoue les pièges du jazz-funk, de la poésie sonore et se débat avec délice dans un bouillon d’énergie rock. Attention les S.S.S.S.S frappent même à leur porte! Dans un grand dénuement de sens, elles s’éclatent à apprivoiser ce bestiaire tout droit sorti du laboratoire d’images folles de Malizia et déjouent le côté parfois monochrome du sens, en déesses du royaume de l’irréel, dédiées au passé, au présent et à l'ultra futur.

TROIS FILMS DE MARINE HUGONNIER

EN PRÉSENCE DE L’ARTISTE
RENCONTRE PROPOSÉE PAR LA MÉDIATHÈQUE DU FMAC
ENTRÉE LIBRE


Cette trilogie prend le temps d'examiner le contexte politique et culturel de territoires particuliers et questionne la politique des images qu'ils suscitent. Ces films sont des mouvements de pensée, des réflexions, réalisés en marchant au fil de voyages. Ils tentent de définir un autre type d'expérience; une expérience des images à travers le monde plutôt que du monde à travers les images. Ainsi, Ariana (2003) raconte l’histoire d’une équipe de tournage dans la vallée du Pandjchir, au nord de l’Afghanistan. The Last Tour (2004) est un film de fiction dont l’action se passe à la fin de l’âge du spectacle, à un moment où les attractions touristiques ferment au public et Travelling Amazonia se déroule sur la Trans-amazonienne, le grand projet inachevé de la dictature militaire brésilienne.

L’ARGENT

FILM PROPOSÉ PAR LA MARMITE, PROJET D’ACTION ARTISTIQUE, CULTURELLE, ET CITOYENNE
ENTRÉE LIBRE


Suite au refus de son père de lui donner de l’argent, Norbert se fait passer par Martial un faux billet de 500 F qu’il va écouler chez un photographe. Ce dernier s’aperçoit trop tard de la supercherie et refile le billet à un livreur, Yvon. A partir de là, un implacable engrenage se met en route qui va entraîner Yvon, le broyer. Dans une mise en scène éclatante, Bresson observe le cheminement tragique du mal et capte un monde dans toute sa complexité, son horreur et sa beauté.

A SHOT IN THE DARK

FILMS DE MINUIT
CARTE BLANCHE À THOMAS PERRODIN
ENTRÉE LIBRE


Second film de la série la panthère rose. Au grand dam de son supérieur, Charles Dreyfus, l’inspecteur Clouseau (Peter Sellers) s'occupe d'une affaire de crime commis dans un hôtel particulier. L'affaire paraît simple : Maria Gambrelli (Elke Sommer), une soubrette, est retrouvée près du cadavre de son amant, l'arme à la main. Clouseau est persuadé de l'innocence de la soubrette.

LA GRANDE FROUSSE OU LA CITÉ DE L’INDICIBLE PEUR

FILMS DE MINUIT
CARTE BLANCHE À OLIVE
ENTRÉE LIBRE


Le brave inspecteur Triquet part à la poursuite d'un étrange faux-monnayeur, promis à la guillotine. Cette traque le mènera jusqu'à Barges, un petit village qui porte bien son nom puisque ses habitants semblent tous avoir cédé à la folie, face à la terrible peur que leur inspire La Bête, un monstre issu d'une légende locale, revenu pour se venger.

GRANDEUR ET DÉCLIN DU PORNO GAY

FILMS DE MINUIT
CARTE BLANCHE CONFÉRENCE À RAMEQUIN DE LA QUICHE
ENTRÉE LIBRE


De la cuissarde Adidas et moustache dorée, scénarisée et esthétisée, à la nudité imberbe clinique, muette et standardisée, des décors grandioses à la chambre d’hôtel sordide, du Hi-NRG à la techno house gay-core, du bareback pré-épidémie au bareback pandémique, du cinéma porno à l’écran de smartphone, du Super8 au 4K, cette soirée propose une exploration temporelle non-exhaustive illustrant l’évolution d’un miroir sociétal qu’est le Gayporn.

NOT OF THIS EARTH

FILMS DE MINUIT
CARTE BLANCHE À CAMILLE VANOYE
ENTRÉE LIBRE


Fauché, sobre et ingénieux, Not of this earth s’impose dans le paysage SF des années 50 : un agent extraterrestre (Paul Birch) de la planète Davanna, aux lunettes noires et au plan fumeux, tente de sauver son espèce en manque de sang !

DOCTEUR JEKYLL ET LES FEMMES

FILMS DE MINUIT
CARTE BLANCHE À BERTRAND MANDICO
ENTRÉE LIBRE


Film réalisé après la série des grands cultes du réalisateur érotico-fétichiste polonais (“Blanche”, “Contes Immoraux”, “La Bête”), “Docteur Jekyll et les femmes” a pour but de restituer la sexualité débridée que l’écrivain Robert Louis Stevenson a dû retirer de son œuvre suite aux différentes pressions sociales qu’il avait subies. Avec ses visions oniriques et sadiques en huis-clos, cette incursion dans le cinéma fantastique est marquée du sceau de la perversité.

LA SERVANTE ÉCARLATE

SÉANCE PSYCHOTRONIQUE
ENTRÉE LIBRE


États-Unis, vers la fin du 20e siècle. C’est une époque de guerre civile dans le pays, rebaptisé République de Gilead. Un mouvement totalitaire religieux dirige le pays, malgré les attaques répétées de rebelles. La pollution a rendu 99% de la population stériles. Les femmes encore fécondes sont placées comme reproductrices auprès des chefs de la nation, qui se sont baptisés les «Commandants». Kate, en tentant de fuir vers le Canada, est enlevée à sa famille pour servir de reproductrice au Commandant Fred…

KUNG FURY & LE GRAND SOIR

FILMS DE MINUIT
CARTE BLANCHE DOUBLE FILM À FRANÇOIS THUILLAR
ENTRÉE LIBRE


Deux films que tout sépare, et pourtant si bien ensemble avec une bière à la main, pour du grand n’importe quoi visuel et narratif

LE PÈRE NOËL CONTRE LES MARTIENS

FILMS DE MINUIT
CARTE BLANCHE À CLEMYDIA
ENTRÉE LIBRE


Pour les fêtes, offrez-vous l'occasion unique de découvrir ce monument du nanar de noël. Figurant en bonne position dans plusieurs classements des pires films jamais réalisés, laissez-vous envoûter par le charme rétro de ses décors en carton aussi écœurants que ses démonstrations de bons sentiments. Le film vous est proposé dans une version doublée en Français, afin de ne pas perdre une miette de dialogue lorsque vous irez rechercher une dose d'alcool salutaire du côté du bar. Bien sûr, l'on pourrait tenter une analyse mettant en parallèle planète rouge et père noël de chez coca-cola avec les tensions américano-soviétique de l'époque, mais parfois il est important de savoir dire non à la branlette intellectuelle pour mieux apprécier ce genre de chef d’œuvre tel un enfant émerveillé découvrant un pied de sapin surchargé. Joyeux Noël!

PALESTINE FC’E 2017: JEUDI 23 NOV

SOIRÉE D’OUVERTURE
RENCONTRES CINÉMATOGRAPHIQUES PALESTINE: FILMER C'EST EXISTER


Comment les cinéastes palestinien·ne·s restituent une histoire saccagée? « Le cinéma révolutionnaire palestinien ». Entre 1965 et 1982, un groupe de jeunes Palestinien·ne·s, ont choisi de contribuer à la lutte du peuple palestinien au sein de l'OLP par la réalisation de films permettant de se réapproprier l'image et le récit d'un peuple en lutte. Une grande partie des archives et des films produits durant cette période par les Unités du Film palestinien de l'OLP a été détruite ou volée, notamment lors de l’invasion israélienne du Liban en 1982. Des cinéastes palestinien·ne·s, partis à leur recherche à travers le monde, en ont retrouvé des copies et les font revivre par un montage d'extraits. Pour cette 6ème édition, PFC'E présente 17 films, accueille 6 cinéastes palestinien·ne·s, et contribue ainsi à la reconnaissance de l'histoire du peuple palestinien, occultée, spoliée, niée. SOIRÉE D'OUVERTURE THEY DO NOT EXIST // KINGS AND EXTRAS

PALESTINE FC’E 2017: VENDREDI 24 NOV

RENCONTRES CINÉMATOGRAPHIQUES PALESTINE: FILMER C'EST EXISTER


Comment les cinéastes palestinien·ne·s restituent une histoire saccagée? « Le cinéma révolutionnaire palestinien ». Entre 1965 et 1982, un groupe de jeunes Palestinien·ne·s, ont choisi de contribuer à la lutte du peuple palestinien au sein de l'OLP par la réalisation de films permettant de se réapproprier l'image et le récit d'un peuple en lutte. Une grande partie des archives et des films produits durant cette période par les Unités du Film palestinien de l'OLP a été détruite ou volée, notamment lors de l’invasion israélienne du Liban en 1982. Des cinéastes palestinien·ne·s, partis à leur recherche à travers le monde, en ont retrouvé des copies et les font revivre par un montage d'extraits. Pour cette 6ème édition, PFC'E présente 17 films, accueille 6 cinéastes palestinien·ne·s, et contribue ainsi à la reconnaissance de l'histoire du peuple palestinien, occultée, spoliée, niée. JERUSALEM CALLING - EN PRÉSENCE DU RÉALISATEUR RAED DUZDAR // VILLAGERS // TO MY FATHER - EN PRÉSENCE DU RÉALISATEUR ABDEL SALAM SHEHADEH

PALESTINE FC’E 2017: SAMDI 25 NOV

RENCONTRES CINÉMATOGRAPHIQUES PALESTINE: FILMER C'EST EXISTER


Comment les cinéastes palestinien·ne·s restituent une histoire saccagée? « Le cinéma révolutionnaire palestinien ». Entre 1965 et 1982, un groupe de jeunes Palestinien·ne·s, ont choisi de contribuer à la lutte du peuple palestinien au sein de l'OLP par la réalisation de films permettant de se réapproprier l'image et le récit d'un peuple en lutte. Une grande partie des archives et des films produits durant cette période par les Unités du Film palestinien de l'OLP a été détruite ou volée, notamment lors de l’invasion israélienne du Liban en 1982. Des cinéastes palestinien·ne·s, partis à leur recherche à travers le monde, en ont retrouvé des copies et les font revivre par un montage d'extraits. Pour cette 6ème édition, PFC'E présente 17 films, accueille 6 cinéastes palestinien·ne·s, et contribue ainsi à la reconnaissance de l'histoire du peuple palestinien, occultée, spoliée, niée. NOTES SUR H2 // LEILA KHALED, HIJACKER // LE COUTEAU // LAMA BROTHERS - EN PRÉSENCE DU RÉALISATEUR RAED DUZDAR // STANDSTILL // L'OMBRE DE L'ABSENCE - EN PRÉSENCE DU RÉALISATEUR NASRI HAJJAJ // OFF FRAME AKA REVOLUTION UNTIL VICTORY - EN PRÉSENCE DE REEM SHILLEH, SCÉNARISTE DU FILM

PALESTINE FC’E 2017: DIMANCHE 26 NOV

RENCONTRES CINÉMATOGRAPHIQUES PALESTINE: FILMER C'EST EXISTER


Comment les cinéastes palestinien·ne·s restituent une histoire saccagée? « Le cinéma révolutionnaire palestinien ». Entre 1965 et 1982, un groupe de jeunes Palestinien·ne·s, ont choisi de contribuer à la lutte du peuple palestinien au sein de l'OLP par la réalisation de films permettant de se réapproprier l'image et le récit d'un peuple en lutte. Une grande partie des archives et des films produits durant cette période par les Unités du Film palestinien de l'OLP a été détruite ou volée, notamment lors de l’invasion israélienne du Liban en 1982. Des cinéastes palestinien·ne·s, partis à leur recherche à travers le monde, en ont retrouvé des copies et les font revivre par un montage d'extraits. Pour cette 6ème édition, PFC'E présente 17 films, accueille 6 cinéastes palestinien·ne·s, et contribue ainsi à la reconnaissance de l'histoire du peuple palestinien, occultée, spoliée, niée. PALESTINE, A PEOPLE'S RECORD - EN PRÉSENCE DU RÉALISATEUR KAIS AL-ZUBAIDI // AYNY – MON DEUXIÈME ŒIL // À LA RENCONTRE D'UN PAYS PERDU // LOOTED AND HIDDEN - PALESTINIAN ARCHIVES IN ISRAEL // TABLE RONDE // RETOUR À HAÏFA

PALESTINE FC’E 2017: LUNDI 27 NOV

REDIFFUSION
RENCONTRES CINÉMATOGRAPHIQUES PALESTINE: FILMER C'EST EXISTER


Comment les cinéastes palestinien·ne·s restituent une histoire saccagée? « Le cinéma révolutionnaire palestinien ». Entre 1965 et 1982, un groupe de jeunes Palestinien·ne·s, ont choisi de contribuer à la lutte du peuple palestinien au sein de l'OLP par la réalisation de films permettant de se réapproprier l'image et le récit d'un peuple en lutte. Une grande partie des archives et des films produits durant cette période par les Unités du Film palestinien de l'OLP a été détruite ou volée, notamment lors de l’invasion israélienne du Liban en 1982. Des cinéastes palestinien·ne·s, partis à leur recherche à travers le monde, en ont retrouvé des copies et les font revivre par un montage d'extraits. Pour cette 6ème édition, PFC'E présente 17 films, accueille 6 cinéastes palestinien·ne·s, et contribue ainsi à la reconnaissance de l'histoire du peuple palestinien, occultée, spoliée, niée. REDIFFUSION // THEY DO NOT EXIST // PALESTINE, A PEOPLE'S RECORD

Rencontres Cinématographiques: Palestine Filmer c’est exister 2017, du 23 au 27 novembre


Comment les cinéastes palestinien·ne·s restituent une histoire saccagée? 2017 marque 100 ans de la Déclaration Balfour (1917), 70 ans du vote onusien sur la partition de la Palestine (1947), 50 ans de la guerre des Six jours (1967) et du début de l’occupation militaire israélienne d’une partie des territoires palestiniens. PFC’E montre une partie des changements vécus par la société palestinienne pendant ce dernier siècle. En ressuscitant les archives oubliées, pointant du doigt la disparition et le pillage de bibliothèques privées, de collections de photos et de films, les cinéastes palestinien·ne·s contribuent à la réécriture du passé pour interroger le présent, tout en restituant au peuple palestinien son Histoire.

BERTRAND MANDICO SERA PRÉSENT AU CINÉMA SPOUTNIK POUR L’AVANT PREMIÈRE DES GARÇONS SAUVAGES LE MARDI 28 NOVEMBRE 2017


Réalisateur indépendant, surréaliste et polymorphe, Bertrand Mandico modèle ses films comme des collages de genre souvent antagonistes, du western à la science-fiction, avec une touche d’érotisme macabre et de constructions visuelles sauvages. Il est l’auteur d’un manifeste: “L’internationale Incohérence”, ouvrage qui stipule “qu’un film ne doit appartenir à aucune tendance esthétique et narrative et se doit d’être profondément cinématographique et donc fragile”.