THE SOUND OF BELGIUM


mer. 11 déc. 2013   20H
jeu. 12 déc. 2013   20H
ven. 13 déc. 2013   20H
sam. 14 déc. 2013   20H
dim. 15 déc. 2013   20H
lun. 16 déc. 2013   20H
mar. 17 déc. 2013   20H
mer. 18 déc. 2013   18H
jeu. 19 déc. 2013   20H
ven. 20 déc. 2013   20H
sam. 21 déc. 2013   20H
dim. 22 déc. 2013   20H
lun. 23 déc. 2013   18H
lun. 23 déc. 2013   20H

Réalisation
Devillé Jozef
Pays
Belgique
Année
2012
Langue
VO français
Format
DCP
Durée
85'
Distribution
Cycle

PREMIÈRE SUISSE

De la Bataille de Waterloo à la scène Techno des 90’s en passant par les orgues mécaniques de l’après-guerre, les 45 tours en mode « Popcorn », l’EBM, la Cold Wave et surtout la New Beat, THE SOUND OF BELGIUM offre (enfin !) un panorama de la musique électronique belge, drôle et exigeant.

« Chez nous, on n’est pas fiers de ce qu’on fait, ce qui ne me déplaît pas d’ailleurs. C’est typique de la « Belgitude.». Les Français, ils sont fiers d’être Français, c’est un truc qui me dépasse ! Et les Hollandais c’est la même chose, les Allemands aussi, et les Américains… ils sont tous tellement fiers de leur patrie qu’ils ne regardent pas ailleurs. Nous, les Belges, on est quoi ? On est un amalgame de peuples. Des Flamands, quelques Allemands, des Wallons… On n’a pas vraiment de culture. C’est un pays traversé par l’Europe, du nord au sud, d’est en ouest, parce que c’est central, et que c’est plat. Quand t’es en Belgique, tu es au milieu de plein de cultures différentes, et des traces qu’elles laissent. Et les disques en font partie. »

De la Bataille de Waterloo à la scène Techno des 90’s en passant par les orgues mécaniques de l’après-guerre, les 45 tours en mode « Popcorn », l’EBM, la Cold Wave et surtout la New Beat, THE SOUND OF BELGIUM offre (enfin !) un panorama de la musique électronique belge, drôle et exigeant. Quelques points importants :

1. Les Belges savent faire la fête. Du jeudi au lundi, surtout le dimanche. A l’apogée des années 90, les clubbers passaient le temps d’un weekend de Bruxelles, à Gand ou encore à Anvers pour enchaîner les soirées de folies proposées par les mégaclubs, dont le mythique Boccaccio. Le public venait aussi bien de Belgique que des pays avoisinants, et ce avant la génération Easyjet.

2. La Belgique n’a rien à envier aux scènes électroniques de Detroit, Chicago ou Londres. Ce qui tombait dans les mains des DJs était aussitôt revisité et transformé en quelque chose de singulier et décalé, avec une tendance récurrente à ralentir le rythme d’origine et donner une touche plus sombre au son. Sans parler des styles vestimentaires et des danses de toute beauté qui ont accompagné toutes ces vagues musicales.

3. Jozef Devillé est un réalisateur à suivre de près. Il réussit là où beaucoup de films sur la musique ont échoué avant : aborder son thème armé d’une connaissance du sujet en béton, d’archives visuelles et musicales pointues et surtout d’un humour salvateur désamorçant les risques d’apitoiement et du « c’était mieux avant ». Par contre, il ne lâche rien dans sa conclusion. On ne vous dévoile pas la chute, mais elle est prévisible : l’ordre et le contrôle ont encore fait des dégâts !

Attention, première suisse!, faites passer le mot !

sound of belgium


Prochainement

Industrial Soundtrack for The Urban Decay

Spoutnik en plein air - 30 ans de L'Usine
présenté par le Zoo

mer. 28 août, 21H

Backdraft

Spoutnik en plein air - 30 ans de L'Usine
présenté par le TU-Théâtre de l’Usine

jeu. 29 août, 21H

Les Nains aussi ont commencé petits

Spoutnik en plein air - 30 ans de L'Usine
présenté par Forde

ven. 30 août, 21H

Décomposition & Société – courts métrages d’animation

Spoutnik en plein air - 30 ans de L'Usine
présenté par Crache Papier

sam. 31 août, 21H

Écran libre – 30 ans à l’Usine

Spoutnik en plein air - 30 ans de L'Usine
présenté par le Cinéma Spoutnik et Greta Gratos

dim. 1 sept., 21H