THE LAST OF ENGLAND


lun. 25 sept. 2017   20h30
mar. 3 oct. 2017   20h30

Director
Derek Jarman
Country
Royaume-Uni
Year
1987
Language
ST français
VO anglais
Format
DCP
Duration
95'
Cycle

The Last of England est un film essai dépeignant le déclin et la fin de l’Angleterre ravagée et détruite par des violences politiques et sociales. L’atmosphère post-apocalyptique du film est parsemée par des images marquantes : un garçon qui se masturbe sur un tableau du Caravage, des personnages errants qui se piquent, des exécutions, un bébé entouré de titres de journaux belliqueux, etc. Le film dénonce la médiocrité de la société et de l’Angleterre ultra-libérale de Thatcher dans un essai ultra personnel qui se situe dans un futur dystopique proche.

Summum d’expérimentation du réalisateur, ce film convulsif et lyrique est composé d’innombrables images de provenances et supports divers, dont des archives familiales du cinéaste. La bande son rageuse (dont des morceaux de Diamanda Galas, Marianne Faithfull ou des discours d’Hitler), participe à la célébration du romantisme de la violence comme pure révolte. Un film visionnaire et post-moderne avant l’heure, probablement le plus politique et formellement le plus créatif de son oeuvre.

the_last_spoutnik_web

TRIBUTE TO DEREK JARMAN

Voix singulière et immensément libre de la contre culture des années 1970 – 1990, résolument critique de la très normative société britannique, et centrale dans le champ du cinéma queer et gay de l’époque.

En traversant le parcours de Derek Jarman (1942 – 1994) on découvre un cinéaste qui ne cesse d’expérimenter des formes, de se salir les mains et faire un cinéma brut, dans l’économie des moyens, souvent en vidéo, 16mm ou Super 8. Son oeuvre prolifique, encore assez peu connue dans son ensemble, compte une douzaine de longs métrages et une quarantaine de courts, de vidéoclips, ainsi que de livres de poésie, des essais et des tableaux.

Ce programme s’articule autour de quatre de ses premiers films en copie numérique récemment restaurés: Sebastiane, Jubilee, La Tempête et The Last of England. Avec Sebastiane, on découvre le Jarman militant homosexuel, qui engage dans son cinéma une déconstruction du corps masculin, des identités de genre et leur représentation au sein de la société.

Très à l’écoute du climat social et politique, Derek Jarman poursuit son oeuvre avec deux films dépeignant une société britannique. Diamétralement opposés dans leur forme: Jubilee est un film d’anticipation résolument punk, et La Tempête constitue une minutieuse adaptation de William Shakespeare. The Last of England, oeuvre charnière qu’il réalise peu après avoir découvert sa séropositivité, est une réaction ouvertement critique à la politique thatchérienne et à l’état du monde.

Son cinéma a rassemblé autour de lui de grand·e·s artistes contemporain·e·s comme l’actrice Tilda Swinton,le compositeur Brian Eno, et de nombreux·ses musicien·ne·s punk et rock comme Adam and the Ants et Siouxsie Sioux and the Banshees. Son oeuvre est souvent associée pour des raisons évidentes à Kenneth Anger et Pier Paolo Pasolini mais aussi à Carmelo Bene ou Jack Smith pour leur mysticisme et la fascination commune pour les grands personnages de l’histoire artistique et politique.

Didier Roth Bettoni, auteur notamment de l’ouvrage Sebastiane ou saint Jarman, cinéaste queer et martyr précise: « Plus que tout autre cinéaste de l’époque, Derek Jarman se situe à un carrefour entre un cinéma underground mettant l’accent sur les recherches formelles, un cinéma identitaire aux tonalités d’abord politiques et un cinéma de l’intime et de la construction de soi. »

tribute to derek jarman cinéma spoutnik


Next 20 days