Sunday BDSM special avec Monika Treut


dim. 26 mai 2019   17H
Réalisation
Monika Treut
Pays
Allemagne
Année
1997
Langue
VO anglais
Format
DCP
Cycle



discussion, brunch et projection

dim. 26 mai 2019, en présence de Monika Treut


17h conférence, 18h brunch du soir avec le collectif Molotofu, 19h projection

BDSM origins – Talk by Monika Treut
En langue anglaise

Présentation des origines de la pratique selon les écrits du Marquis de Sade et de Sacher-Masoch suivie d’une discussion.

Didn’t do it for Love
80’

Portrait documentaire de Eva Norvind, connue sous le nom de Mistress Ava Taurel, née Eva Johanne Chegodaieva Sakonskaya à Trondheim au nord de la Norvège. Le film suit son parcours en tant que showgirl à Paris et au Québec, devenue la Marilyn Monroe du Mexique dans les années 60s avant de s’établir dans les années 80s comme la dominatrice et pédagogue BDSM la plus connue de New-York. À travers des documents historiques de ces différentes périodes et entretiens avec ses partenaires, ami·e·s et membres de sa famille, Monika Treut plonge ses recherches dans les sources de la sexualité sombre et obsessionnelle de Eva, devenue psychologue criminelle aidant les délinquants sexuels.

spout

Monika Treut – Female Misbehaviour!

Née en Allemagne en 1954, Monika Treut étudie la littérature et la politique à l’université de Marburg. À cette époque elle commence à travailler avec la vidéo et sa thèse The Cruel Woman: Female Images in the Writing of Marquis de Sade and Leopold von Sacher-Masoch fut publiée en Allemagne, Suisse et Autriche en 1984.

Monika Treut s’impose rapidement dans le cinéma dit “transgressif et déviant” incarnant la nécessité d’une intervention politique dans les représentations liées aux sexualités. S’entourant de personnes actives par diverses pratiques et discours politiquement incorrects – au vu des féministes mainstreams – elle crée sa propre boîte de production Hyena Films avec laquelle elle réalise fictions et documentaires qui seront présentés internationalement.

Les thématiques récurrentes de ses premiers films tournent souvent autour de personnalités fortes et établies dans les milieux du BDSM avec la volonté de démocratisation d’une pratique qui peut être bénéfique et bienveillante. Une autre thématique liée à l’exploration et la découverte de la sexualité de ses protagonistes revient souvent à travers notamment des personnages féminins qui découvrent leurs penchants lesbiens, ou dans l’accompagnement de personnes transgenres qui affirment leur identité de personne et de genre.

Monika Treut est aujourd’hui établie à Hambourg où elle continue de réaliser des films politisés. Elle sera quelques jours avec nous au Cinéma Spoutnik pour parler des débuts de sa filmographie avec une conférence sur les thématiques de sa thèse qui se retrouvent tout au long de son travail.

spout


Prochainement