PALESTINE FC’E 2017: VENDREDI 24 NOV


ven. 24 nov. 2017  
Director
Nidal Badarny
Raed Duzdar
Abdel Salam Shehadeh
Country
Palestine
Year
2008
2011
2014
Language
ST français
VO arabe
Cycle
Website

DANS LE CADRE DES RENCONTRES CINÉMATOGRAPHIQUES PALESTINE: FILMER C’EST EXISTER 2017

19H

JERUSALEM CALLING – EN PRÉSENCE DU RÉALISATEUR
RAED DUZDAR, 2011, 101′, PREMIÈRE SUISSE

Créée en 1936 par les Britanniques, la radio Palestine Broadcasting Service construit ses émissions palestiniennes dans un climat de censure, d’obstruction et de répression entretenu par les colonisateurs.

a

21h15

VILLAGERS
NIDAL BADARNY, 2014, 10’, PREMIÈRE SUISSE

Une histoire d’amour, à la tonalité d’une tragédie, le long du Mur de séparation. Un autre protagoniste intervient, une autre histoire commence. Le Mur, toujours présent, enracine l’absurdité des destins.

a

TO MY FATHER – EN PRÉSENCE DU RÉALISATEUR
ABDEL SALAM SHEHADEH, 2008, 52’, PREMIÈRE SUISSE

50 ans d’Histoire et de témoignages s’enlacent, se bousculent, se rejoignent pour redonner vie à ce coin de terre que l’on nomme Bande de Gaza.

a

RENCONTRES CINÉMATOGRAPHIQUES: PALESTINE FILMER C’EST EXISTER 2017
DU 23 AU 27 NOVEMBRE

Comment les cinéastes palestinien·ne·s restituent une histoire saccagée?

2017 marque 100 ans de la Déclaration Balfour (1917), 70 ans du vote onusien sur la partition de la Palestine (1947), 50 ans de la guerre des Six jours (1967) et du début de l’occupation militaire israélienne d’une partie des territoires palestiniens. PFC’E montre une partie des changements vécus par la société palestinienne pendant ce dernier siècle. En ressuscitant les archives oubliées, pointant du doigt la disparition et le pillage de bibliothèques privées, de collections de photos et de films, les cinéastes palestinien·ne·s contribuent à la réécriture du passé pour interroger le présent, tout en restituant au peuple palestinien son Histoire.

Cette 6ème édition évoque deux périodes considérées particulièrement importantes:

La Palestine du Mandat britannique (1920-1947). La documentation cinématographique relative à cette période s’est enrichie au cours des deux dernières décennies. Les cinéastes palestinien·ne·s convoquent les mémoires à travers l’histoire de la radio de Jérusalem, les récits de médecins et de diplomates français en poste à Jérusalem, les images des pionniers du cinéma palestinien au Caire, ou encore des photos de famille à Gaza.

« Le cinéma révolutionnaire palestinien ». Entre 1965 et 1982, un groupe de jeunes Palestinien·ne·s, ont choisi de contribuer à la lutte du peuple palestinien au sein de l’OLP par la réalisation de films permettant de se réapproprier l’image et le récit d’un peuple en lutte. Une grande partie des archives et des films produits durant cette période par les Unités du Film palestinien de l’OLP a été détruite ou volée, notamment lors de l’invasion israélienne du Liban en 1982. Des cinéastes palestinien·ne·s, partis à leur recherche à travers le monde, en ont retrouvé des copies et les font revivre par un montage d’extraits.

Pour cette 6ème édition, PFC’E présente 17 films, accueille 6 cinéastes palestinien·ne·s, et contribue ainsi à la reconnaissance de l’histoire du peuple palestinien, occultée, spoliée, niée.

spoutnik


Next 20 days