L’ALLEMAGNE EN AUTOMNE

Deutschland im Herbst


LES ANNÉES DE PLOMB

DANS LE CADRE DU CYCLE « LES ANNÉES DE PLOMB »

« Ce qui serait le mieux en ce moment, ce serait un maître autoritaire qui serait très bon, gentil et juste. » Liselotte Pempeit, mère de Fassbinder

Allemagne, automne 1977. Le 5 septembre, Hans-Martin Schleyer, le « patron des patrons » allemands – et accessoirement ancien cadre nazi – est enlevé par un commando de la RAF qui réclame la libération de 11 de ses membres emprisonnés, dont ses piliers Andreas Baader, Gudrun Ensslin et Jan-Karl Raspe, condamnés à perpétuité le 28 avril de la même année, suite à un procès contesté. Face à l’inaction des autorités, un autre commando, comprenant des membres du FPLP (Front Populaire de Libération Palestinien), détourne un avion de la Lufthansa le 14 octobre et exécute le commandant de bord le 17 octobre à Mogadiscio (Somalie). L’assaut est donné le jour-même par la section anti-terroriste allemande qui libère les otages. Le lendemain matin, Baader, Ensslin et Raspe sont retrouvés « suicidés » dans leur cellules respectives. Schleyer est exécuté le lendemain en représailles.

C’est dans ce contexte que naît le projet de film collectif L’ALLEMAGNE EN AUTOMNE, regroupant les apports de 11 figures du Nouveau cinéma allemand. Les séquences regroupées ici comprennent aussi bien des fictions que des sources documentaires. En résulte une captation de l’atmosphère électrique ce cette période où régnait un climat d’hystérie, de peur, de délation et où resurgissaient certains éléments troublants du passé de l’Allemagne. Fassbinder se met ainsi en scène cloîtré dans son appartement, malade d’angoisse, révolté, ulcéré face aux positions conservatrices de son amant et surtout de sa mère, très ambigüe quant à la période nazie. Figurent également des images d’archives de l’enterrement des trois détenus de Staamheim auquel assistèrent un millier de personnes, malgré la surveillance policière et les menaces. Une oeuvre à chaud marquant la fin de la première génération de la RAF.

annee_de_plomb_spoutnik

LES ANNÉES DE PLOMB

Italie. Allemagne. Japon. Durant les années 60-80, ces trois pays ont été le théâtre de violences politiques inédites. Climat politique délétère, contexte de luttes sociales féroce, mouvements anti-impérialistes vigoureux, répressions policières et étatiques systématiques, attentats fascistes, passivité à l’égard du nazisme… c’est dans cet espace public pour le moins fragmenté qu’ont émergé des activismes politiques forts et pour les plus radicaux, des groupes de résistance armée tels Les Brigades Rouges (BR), la Rote Armee Fraktion (RAF) ou l’Armée Rouge Japonaise (JRA).

Si certains évènements restent dans notre mémoire (enlèvement d’Aldo Moro, attentat de Munich), cette période de l’histoire contemporaine demeure trouble, peu connue et encore largement passée sous silence. Pour s’éloigner des stéréotypes, Spoutnik a eu envie de montrer ces « années de plomb » sous différents prismes, différentes perceptions cinématographiques. Ont été ainsi convoqués Masao Adachi, Kôji Wakamatsu, Philippe Grandrieux, Margarethe von Trotta, Uli Edel, Rainer Werner Fassbinder, Marco Bellochio, Mosco Lévi Boucault, Pier Paolo Pasolini et Elio Petri pour un cycle de documentaires, fictions et essais, de l’époque et d’aujourd’hui.

À noter que c’est lorsque les actions terroristes se raréfièrent, période que l’on nomme « normalisation » et suite à l’attribution du Lion d’Or à la Mostra de Venise au film de Margarethe von Trotta LES ANNÉES DE PLOMB en 1981, que le terme, emprunté au poète Hölderlin en référence à « la couleur grise d’un ciel couvert », fut adopté pour définir cette période qui toucha le monde entier. Pour la RFA, l’usage métaphorique de Blei (plomb) indiquait tout autant le plomb de la culpabilité que celui de la violence. Pour l’Italie, le chromonyme « Anni di piombo » exprimait quant à lui l’intensité de la violence et la durée dans le temps. Ce terme sera repris dans d’autres pays plus tard, dans les années 90 principalement.

Nicole Brenez, historienne, programmatrice et spécialiste des cinématographies d’avant-garde nous fera l’honneur d’être présente en ouverture de cette programmation le mercredi 10 juin.


Prochainement

Diamantino

Sortie

mar. 11 déc., 19h

Sophia Antipolis

Sortie

mar. 11 déc., 21h

Ultra Rêve

Sortie

mer. 12 déc., 19h

Sophia Antipolis

Sortie

mer. 12 déc., 21h

Diamantino

Sortie

jeu. 13 déc., 19h

Sophia Antipolis

Sortie

jeu. 13 déc., 21h

Ultra Rêve

Sortie

ven. 14 déc., 19h

Sophia Antipolis

Sortie

ven. 14 déc., 21h

Diptyque Z! – The Story of Ricky – précédé de Abonion

Film de minuit
Carte Blanche à Bamba triste
entrée libre

ven. 14 déc., 23h30

Workshop avec Kazehito Seki

Body-voice method voice training
prix libre

sam. 15 déc., 15h

Sōon

performances audiovisuelles noise
projection de Pinocchio √964
tarif unique 5CHF

sam. 15 déc., 20h

Ultra Rêve

Sortie

dim. 16 déc., 19h

L’Île au trésor

Sortie
Deux films de Guillaume Brac

dim. 16 déc., 21h

Ultra Rêve

Sortie

lun. 17 déc., 19h

L’Île au trésor

Sortie
Deux films de Guillaume Brac

lun. 17 déc., 21h

Cassandro the Exotico!

Sortie

mar. 18 déc., 19h

en présence de Marie Losier

Cassandro the Exotico!

Sortie

mer. 19 déc., 19h

en présence de Marie Losier

L’Île au trésor

Sortie
Deux films de Guillaume Brac

mer. 19 déc., 21h

Cassandro the Exotico!

Sortie

jeu. 20 déc., 19h

en présence de Marie Losier

Ultra Rêve

Sortie

jeu. 20 déc., 21h

Vide grenier du Spoutnik

marché et apéro de fin d'année

ven. 21 déc., 17h

La nuit la plus longue pour des primés avec Animatou

entrée libre

ven. 21 déc., 19h

Au temps de la guerre des étoiles

Film de minuit
spécial Noël par Clemydia
entrée libre

ven. 21 déc., 23h30

Cassandro the Exotico!

Sortie

sam. 22 déc., 19h

L’Île au trésor

Sortie
Deux films de Guillaume Brac

sam. 22 déc., 21h

Cassandro the Exotico!

Sortie

dim. 23 déc., 19h

L’Île au trésor

Sortie
Deux films de Guillaume Brac

dim. 23 déc., 21h

Spoutnik on air – Globale de l’Usine

Radio performative en collaboration avec f f channel et Radio Usine

sam. 29 déc., 14h