L’AFFAIRE DES DIVISIONS MORITURI


mar. 3 avril 2018   20h30

Réalisation
F. J. Ossang
Pays
France
Année
1985
Langue
VO français
Format
Vidéo
Durée
81’
Cycle

L’APOCALYPSE SELON F.J. OSSANG

L’APOCALYPSE SELON F.J. OSSANG

Naissance de F.J. Ossang au cinéma, où il s’affiche en tant que réalisateur, musicien, poète, toujours dans un esprit résolument punk. Il réalise son film dans une époque où gronde une révolte populaire, après la mort des membres du groupe Baader-Meinhof. F.J. Ossang interprète le rôle de Ettore, leader charismatique des Morituri, groupe de gladiateurs se battant dans des arènes illégales au plus grand profit de bookmakers frauduleux. Mais voilà, Ettore déballe l’affaire des arènes à la presse qui fait preuve d’aucun scrupule. S’engage alors une course-poursuite à l’issue fatale.

Entre sublime et immondice, entre épopée et néant, “L’affaire des divisions Morituri” se présente comme un ramassis d’éléments disparates écrasés par une force chaotique. Dans la bande son du film, Ossang chante avec son groupe MKB fractions provisoire, parmi des morceaux de Throbbing Gristle et Cabaret Voltaire.

L’APOCALYPSE SELON F.J. OSSANG

Artiste total et inclassable, F.J. Ossang est un poète des sons et des images qui ne s’est jamais satisfait d’une seule forme d’expression. Du coup, il s’est autant illustré dans l’écriture que dans la musique et le cinéma, débordant à chaque fois les genres, déjouant les attentes et enchâssant les références les plus étonnantes. Très tôt, il se consacre à l’écriture et publie, à 17 ans, un premier recueil, « Écorce de sang » en résonance avec un mouvement punk naissant. Profondément marqué par ce courant musical antibourgeois, Ossang crée deux groupes mêlant poésie aux musicalités froides. Il considère la musique comme un espace d’expression politique en rupture avec les injonctions de la société. Puis, F.J. Ossang s’immisce dans le cinéma, portant une fascination particulière au muet et à l’expressionnisme allemand pour leur intensité émotionnelle. Chacun de ses films constitue une épopée sensorielle aux confins de l’imaginaire, revisitant les codes des films de genre.

a


Prochainement