FESTIVAL BLACK MOVIE MARDI 24

FESTIVAL BLACK MOVIE 2017 - DU 20 AU 29 JANVIER 2017


18H
The Last of Us
Ala Eddine Slim, Tunisie, 2016, 94′, sans dialogue

Fable sans parole

Au bout d’un long voyage à travers le désert et la mer, un migrant subsaharien se perd dans une épaisse forêt et tombe dans le piège d’un homme des bois qui va l’initier à la vie sauvage. Dans cette parabole sans parole, le thème de la migration est traité de manière très originale et débouche sur une réflexion universelle où la loi du plus fort est bien la dernière.

festival black movie spoutnik The Last of Us Ala Eddine Slim

20H
L’Africain qui voulait voler
Samantha Biffot, Gabon, France, 2015, 70′, vo st fr

Fable wushu

Forcer son destin lorsqu’on est un petit Gabonais afin de pousser la porte d’un monastère Shaolin ? C’est la prouesse opérée par le premier maître Kung-Fu africain de l’histoire, qui réalise son rêve : voler comme les ninjas de cinéma.

Portrait haut en couleurs, composé d’extraits de film de genre, d’archives et d’entretiens, de Luc Bendza qui parviendra même à tourner aux côtés de Jackie Chan.

festival black movie spoutnik L’Africain qui voulait voler	Samantha Biffot

22H
Houston, We Have a Problem!
Žiga Virc, République tchèque, 2016, 88′, vo st ang/fr

Fiction politique

Saviez-vous que les U.S.A. avaient pris une longueur d’avance dans la conquête spatiale grâce à un deal secret conclu avec le Maréchal Tito ? Žiga Virc joue avec la vérité en montant un récit rocambolesque qui laisse le spectateur pantois après l’avoir tenu en haleine.

festival black movie spoutnik Houston, We Have a Problem! Žiga Virc

FESTIVAL BLACK MOVIE
DU 20 AU 29 JANVIER 2017

Sous les palmiers, la plage !

Abracadabra, comme par magie, ce sont 116 films triés sur le volet qui vous sont proposés, fruits juteux de notre prospection cinématographique 2017. A la fois sombres et lumineux, comme l’illustre notre visuel crépusculaire qui dévoile lorsqu’on l’éclaire des palmiers sur une plage presque déserte.

Le thème récurrent que nous avons vu émerger film après film, est, quelle surprise ! L’abus de pouvoir sous toutes ses formes… La corruption qui domine et contre laquelle les réalisateurs ont engagé la lutte. La bonne nouvelle, c’est que, paradoxalement, l’humour est loin d’être aux abonnés absents.

On s’intéressera aussi à la génération (dé)connectée du troisième millénaire ainsi qu’à la sexualité déclinée au pluriel, on pourra suivre les réalisateurs chéris du Festival et leurs nouveaux opus puissants et se rendre au Petit Black Movie pour découvrir ses courts-métrages merveilleux et ateliers inédits (2 à 12 ans).

De multiples collaborations sont également à l’affiche, notamment avec le Mapping Festival, le Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, le Conservatoire populaire de musique, danse et théâtre ou encore le Festival International du film de Rotterdam (IFFR Live). Et c’est à Blackingrad, territoire élégant et festif, que les noctambules seront happés vers de folles nuits avec concerts originaux et DJ décalés.

Cette édition s’ouvre sous le parrainage d’un passeur de cinéma hors pair, Rui Nogueira, l’homme au chapeau qui fut à la tête du CAC-Voltaire pendant 33 ans et qui a inoculé à de nombreux spectateurs le virus de la cinéphilie.

Que commence l’orgie d’images et de sons qui va vous entraîner dans un tourbillon esthétique, physique et intellectuel pendant 10 jours ! Vive le cinéma !

Kate Reidy et Maria Watzlawick

festival blackmovie 2017 spoutnik


Next 20 days