Alain Tanner




La Salamandre

Les années 68 à Genève


Rosemonde (Bulle Ogier), lʼinsaisissable salamandre, est une jeune ouvrière qui vit chez son oncle à Genève. Accusée dʼavoir tiré sur lui, elle fait la une des journaux. Pierre (Jean-Luc Bideau) et Paul, deux amis, sont chargés dʼécrire un scénario tiré de son histoire. Mais la salamandre, volatile, sʼavère difficile à apprivoiser, fuyant toute engagement qui mettrait sa liberté, et son goût de vivre, en danger.
Le film a été présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes.

Charles mort ou vif

Les années 68 à Genève
Précédé par le film “GHOG, un film tract”


Charles Dé (Michel Simon), industriel genevois en fin de carrière, est à bout de souffle. Oppressé par une routine répondant aux seuls lois du libéralisme et d’une société Suisse bien pensante, il décide d’abandonner ses affaires et s’éloigner de son entourage en quête d’une autre existence. Pour se défaire de toute la médiocrité, l’hypocrisie et l’égoïsme qu’il incarne et qui l’entoure, il s’installe à la campagne chez un couple bohème avec lequel il découvre les plaisirs simples de la vie.

Le Pouvoir dans la rue

Les années 68 à Genève


Alain Tanner et Jean-Pierre Goretta se rendent à Paris en Mai 68 afin de réaliser un reportage pour Continents sans Visa, émission de la RTS (Radio Télévision Suisse). Le réalisateur et le journaliste suivent les divers mouvements de contestation estudiantins et ouvriers à travers les occupations, meetings, grèves et manifestations. Ce document percutant présente des images singulières de l’histoire de la contestation française, notamment une longue séquence de confrontation de nuit entre CRS et manifestant·e·s. “Le pouvoir dans la rue” est un regard suisse romand sur les événements du Mai 68 parisien. Diffusé à la TSR le 6 juin 1968, il fut probablement l’un des premiers grand reportages éclairant en Suisse romande sur ces événements.

Jonas qui aura vingt-cinq ans en l’an 2000

Les années 68 à Genève
Apéro de réouverture
Entrée libre


Genève, milieu des années 70. Les existences ordinaires et entremêlés de Max, ex-militant, Madeleine, adepte du tantrisme, Marie, cassière, Mathilde, femme au foyer, Marguerite, maraîchère, Marcel, zoologue, Marco, professeur d’histoire, Mathieu, chômeur et enfin Jonas. Neuf personnages qui incarnent le monde en mouvement d’après 68 en quête d’une société idéale.