Déborah Legivre

Après avoir étudié les Beaux Arts à Annecy puis les Arts Appliqués à Genève, Déborah Legivre s'implique dans le milieu alternatif genevois. Elle fréquente cette foisonnante scène artistique entant que public avant d’y travailler. En particulier à L’Usine, lieu mythique de la scène alternative genevoise, qu'elle considère comme sa seconde école. Elle exerce les métiers de graphiste, projectionniste, vidéaste et participe à une web Tv pendant plusieurs années. Avec Vox Usini, Déborah Legivre, jeune cinéaste de 32 ans, signe son premier film. Un documentaire engagé qui dresse un portrait de L’Usine, à travers les témoignages de ceux qui le font vivre.



LA RÉALISATRICE DÉBORAH LEGIVRE SERA PRÉSENTE AU CINÉMA SPOUTNIK LES 30 NOVEMBRE ET 1ER DÉCEMBRE POUR PRÉSENTER SON FILM VOX USINI


Après avoir étudié les Beaux Arts à Annecy puis les Arts Appliqués à Genève, Déborah Legivre s’implique dans le milieu alternatif genevois. Elle fréquente cette foisonnante scène artistique entant que public avant d’y travailler. En particulier à L’Usine, lieu mythique de la scène alternative genevoise, qu’elle considère comme sa seconde école.

VOX USINI

SORTIE DU MOIS
EN PRÉSENCE DE DÉBORAH LEGIVRE


L’Usine est un centre culturel alternatif qui ouvre ses portes dans l’élan d’un mouvement de revendications politiques et culturelles, à Genève, durant les années 80. Au cours de ces dernières années, elle voit les lieux alternatifs qui l’entoure disparaître. Unique survivante? L’Usine est un laboratoire artistique, un levier culturel précieux où se côtoient scènes locales et internationales, et qui accueille plusieurs centaines de personnes chaque semaine. Le bâtiment abrite une trentaine d’associations dont des salles de concert, un théâtre, un cinéma, des ateliers de création, un bar, etc. A défaut d’être autonomes, les associations de L’Usine ont conservé leur vocation à fonctionner en collectif et en autogestion, à réagir comme elles l’entendent aux pressions exercées par les autorités, et à susciter les débats. Malgré de nombreuses divergences d’opinions, il y a chez les membres de L’Usine un fort attachement au lieu et un sentiment d’appartenance au collectif très présent.

VOX USINI

PORTES OUVERTES DE L'USINE
AVANT PREMIÈRE EN PRÉSENCE DE DÉBORAH LEGIVRE


L’Usine est levier culturel précieux où se côtoient scènes locales et internationales et qui accueille plusieurs centaines de personnes chaque semaine. A défaut d’être autonomes, les associations de L’Usine ont conservé leur vocation à fonctionner en collectif et en autogestion, à réagir comme elles l’entendent aux pressions exercées par les autorités, et à susciter les débats.