Werner Herzog




FESTIVAL BLACK MOVIE MERCREDI 25

FESTIVAL BLACK MOVIE 2017


SOUS LES PALMIERS LA PLAGE!

LAYLA M. // AN INSIGNIFICANT MAN // LO AND BEHOLD, REVERIES OF THE CONNECTED WORLD

CAVE OF FORGOTTEN DREAMS

MAPPING FESTIVAL 2015


C’est une grotte gigantesque, cachée aux yeux de tous depuis 20 000 ans, incrustée de cristaux et remplie de restes pétrifiés de mammifères de la période glaciaire. Quand les scientifiques l’ont découverte en 1994, dans le Sud de la France, ils sont tombés face à des centaines de peintures rupestres réalisées il y a plus de 30 000 ans, à l’époque où les hommes de Neandertal couraient encore le monde. Ce sont les plus anciennes peintures de ce genre jamais découvertes. Werner Herzog a été autorisé à pénétrer ce lieu inconnu du grand public, et entreprend un voyage saisissant capté avec des caméras 3D, à la découverte de la naissance de l’art…

THE WILD BLUE YONDER

MAPPING FESTIVAL 2015


Construit comme un opéra visuel, cette fable de science fiction se conçoit comme une métaphore de l’espace. Le message est qu’il faut protéger ce bien si précieux que nous possédons : notre planète. Sans le savoir, depuis des décennies des visiteur viennent de l’espace, d’une planète immergée dans l’eau The Wild Blue Yonder. Utilisant des sons et des images lyriques, un étrange visiteur raconte cette incroyable aventure. Depuis ce postulat et à travers l’histoire de la sonde Galileo, le film de Werner Herzog est un festin d’images exceptionnelles, de couleurs et de sons inouis, qui emporte dans l’espace infini.

LESSONS OF DARKNESS

MAPPING FESTIVAL 2015


Werner Herzog pleure ici un crime contre la Terre et l’Humanité : la mise à feu de 732 puits de pétrole par les force irakiennes qui se retirent du Koweït. Des flammes à perte de vue, des incendies qui prendront des mois à être éteints, 20 millions de tonnes de pétrole déversées dans le sol… une vision d’Apocalypse que Herzog met en scène comme un long poème sur la fin de la Terre.

MY SON, MY SON, WHAT HAVE YE DONE?

SÉANCE PSYCHOTRONIQUE


Werner Herzog décrit son film comme « un film d’horreur sans le sang, les tronçonneuses et le gore, mais avec une étrange peur qui rampe en vous. » L’intrigue se base sur l’histoire vraie du meurtrier Mark Yavorsky.