Jean-Luc Godard




CARTE BLANCHE #2

GODARD - PLUS JEUNE QUE LES JEUNES


Si le film est bon, c’est un idiot, et si le film est mauvais, c’est un prince. JLG

Godard incarne un cinéaste inspiré du personnage de L’Idiot de Dostoïevski, s’entêtant à vouloir faire un film impossible sur la Russie post URSS.

CARTE BLANCHE #1

GODARD - PLUS JEUNE QUE LES JEUNES


On a fait un film avec Anne-Marie Miéville sur les établissements Darty, qui s’appelle LE RAPPORT DARTY. Il nous avait été commandé par Darty. Ils nous avaient dit : « On gagne trop d’argent, tout va trop bien, on perd la tête, on ne sait pas ce qui se passe. » Il faut dire que le directeur était un original… « Pouvez-vous nous dire où on est et qui on est. » On a dit : « Bien sûr. Vous nous donnez deux millions et on fait une cassette d’une heure. On vous fait un audit culturel. » On leur a fait. JLG

ADIEU AU LANGAGE 3D

GODARD - PLUS JEUNE QUE LES JEUNES
EN PRÉSENCE DE FABRICE ARAGNO


Le propos est simple. Une femme mariée et un homme libre se rencontrent. Ils s’aiment, se disputent, les coups pleuvent. Un chien erre entre ville et campagne. Les saisons passent. L’homme et la femme se retrouvent. Le chien se trouve entre eux. L’autre est dans l’un. L’un est dans l’autre. Et ce sont les trois personnes. L’ancien mari fait tout exploser. Un deuxième film commence. Le même que le premier. Et pourtant pas. De l’espèce humaine on passe à la métaphore. Ca finira par des aboiements. Et des cris de bébé. JLG