WEEK-END DE LA PELLOCHE

Le Spoutnik a invité des ami·e·s cinéastes à venir dérouler leurs films. Avec tout LE potentiel créatif à exploiter encore, ielles se démènent avec des kilomètres de bobine. Un long weekend de fête de la pelloche à projeter depuis tous les formats argentiques.




BRÛLE LA MER

WEEK-END DE LA PELLOCHE
EN PRESENCE DE NATHALIE NAMBOT ET MAKI BERCHACHE


Dans l’élan de la révolution tunisienne, après la chute de Ben Ali, 25000 jeunes tunisien·ne·s ont pris la mer vers l’Europe, via Lampedusa. Maki Berchache est l’un d’eux. À partir de son histoire, de fragments d’images, de récits, avec ses amis de voyage ou rencontrés à Paris, “Brûle la mer” revient sur cette tentative de liberté et sur la violence d’une hospitalité refusée. Comment le pays quitté devient le pays rêvé.

TROIS FILMS DE GAËLLE ROUARD JOUÉS EN DIRECT

WEEK-END DE LA PELLOCHE
PERFORMANCES 16MM


La mer écume et bouillonne. Gris blanc morne partout.
Gouffres et montagnes. De l’eau… uniquement de l’eau ! Et rien pour éponger tout ça !
Autre choc fracassant. Bref coup d’oeil circulaire du chef. L’aiguille progresse imperturbablement.
Sonar avant toute !

CAREFUL

FILMS DE MINUIT
WEEK-END DE LA PELLOCHE
ENTRÉE LIBRE


Sur les flancs abrupts de massifs montagneux dignes des Carpates, vivent les habitants de Tolzbad. Pourquoi le vol migratoire des oies sauvages est-il attendu chaque année avec tant d’appréhension? Quelle est cette prudence excessive qui les pousse à calfeutrer leurs fenêtres? Qui sont ces gens, où sommes-nous et quand?

L’OEIL DU CYCLOPE & LES NOCES ROMPUES

WEEK-END DE LA PELLOCHE
SOIRÉE AVEC JEN DEBAUCHE ET GAËLLE ROUARD


« L’œil du cyclope » s’ouvre comme une blessure entre la nuit du cosmique et celle de l’infiniment petit. Lumière, image de l’éveil de la conscience humaine. Conscience du spectateur comme du solitaire personnage principal. La lumière comme force primitive et opérante du film. « L’oeil du Cyclope », avec une grande maîtrise des bases radicales de la fabrication d’un film, évoque le cinéma du théâtre d’ombres et de la lanterne magique, en étant ponctué de mises en abîmes des caractères primitifs du cinéma : lumière, défilement, mouvement mécanique et circulaire. Le film suit la marche d’un unique personnage à travers bois, montagnes, cavernes et déserts. Il pourrait, si on le veux bien, représenter un archétype humain universel, et sa marche, le déroulement d’une existence. Chaque escalade, plongée, passage souterrain prend une aura symbolique. Aura renforcée par le caractère froid mais intime de l’image cinématographique, nous rappelant que notre vie n’est qu’une étincelle dans la nuit.

LES SCOTCHEUSES

WEEK-END DE LA PELLOCHE
EN PRESENCE DES SCOTCHEUSES


Les scotcheuses sont les petits outils qui servent à couper et scotcher la pellicule pour monter un film. C’est le nom qu’on a retenu pour notre collectif, un collectif de cinéma artisanal. On fait des images en super 8 pour raconter des histoires sur des lieux en lutte, avec les gens qui y vivent. Le collectif se métamorphose à chaque film, à chaque étape. Certaines savent faire du cinéma, d’autres non, alors on se transmet les savoirs et on s’organise collectivement pour rassembler tout ce qui est nécessaire à raconter des histoires, de la déco aux comédien·ne·s, en passant par les repas et la fête!