SPOUTNIK EN PLEIN AIR - LIBRAIRIES EN PROJECTION!

L’été c’est parfois le moment où le rythme de nos vies se fait plus doux et on retrouve le temps et le goût de la lecture. C’est souvent ces lectures d’été qui nous inspirent dans nos vies et engagements. Nous vous proposons de partager ce plaisir et faire ensemble le tour de quatre librairies genevoises ! Du mercredi 22 août à dimanche 26 août le Spoutnik s’allie à la Dispersion, Fahrenheit 451, Livresse et le Rameau d’Or pour 5 jours de projections en plein air programmées collectivement pour découvrir des œuvres littéraires portées à l’écran.

Chaque soir, dans un lieu proche de la librairie visitée, on retrouvera notre grand écran pour la projection des films, précédée de lectures, choix de livres, débats, musique, apéros, repas prix libre… Le plein air se terminera dimanche par le traditionnel écran libre sur la thématique “adaptations”.

Apéros dès 19h, projections dès 21h
en cas de mauvais temps consultez notre site internet ou notre page facebook.




ÉCRAN LIBRE – ADAPTATIONS

SPOUTNIK EN PLEIN AIR - LIBRAIRIES EN PROJECTION
courts métrages et performances
présenté par Greta Gratos


Pour l’écran libre du dimanche 26 août, envoyez-nous vos films ou projets de perfos autour de la thématique large ADAPTATIONS avant le dimanche 19 août. Conditions de participation: les films doivent être réalisés pour l’occasion avec vos propres moyens. Durée maximum (film ou perfo) 7 min, fichiers numériques à fournir par mail à cinema@spoutnik.info, par courrier postal ou en main propre.

LE STADE DE WIMBLEDON

SPOUTNIK EN PLEIN AIR - LIBRAIRIES EN PROJECTION
présenté par la librairie le Rameau d'Or


EN RAISON DU TEMPS FROID ET INCERTAIN, LA PROJECTION EST DÉPLACÉE AU SPOUTNIK

Le Stade de Wimbledon est un livre brillamment adapté à l’écran par Mathieu Amalric, qui était tombé dessus lors d’un passage chez ses parents dans les années nonante. Premier roman de l’écrivain italien Daniele Del Giudice, il fut, à sa sortie en 1983, préfacé par Italo Calvino et récompensé du prix Viareggio. Il sortit dans une première version française en 1985 – il est maintenant réédité dans la belle et prestigieuse collection La Bibliothèque du XXIe siècle, dirigée par l’historien Maurice Olender.

Montaigne disait que « Notre grand et glorieux chef d’œuvre, c’est vivre à propos », et c’est bien cela le sujet de ce livre / film. Un homme (dans le film une étudiante jouée par Jeanne Balibar) enquête, dans le cadre de ses études, sur l’écrivain triestin Roberto Bazlen, dit Bobi’, qui a renoncé à l’écriture en ne publiant rien de son vivant alors que tous attendaient de lui un grand roman. Bazlen a fréquenté et connu les plus grands : Svevo, Joyce, Saba, Montale, etc. et il a décidé de faire sa vie son œuvre.

Le Stade de Wimbledon est une lente recherche indécise dans la ville de Trieste ; une flânerie littéraire, passant de librairies en bibliothèques, à la rencontre de celles et ceux, connaissances, poètes, qui ont connu Bobi’. L’histoire dérive sur les sujets de la mémoire, du temps qui passe, de l’exigence littéraire, jusqu’au Stade de Wimbledon…

THEMROC

SPOUTNIK EN PLEIN AIR - LIBRAIRIES EN PROJECTION
présenté par la librairie Fahrenheit 451


Themroc, un peintre en bâtiment (Michel Piccoli) fait, chaque matin, les gestes automatiques du petit déjeuner, subit la pression de la pendule tyrannique, jette au passage un oeil de convoitise sur sa jeune soeur, et enfourche sa bicyclette. Il roule de compagnie avec son copain, peintre comme lui. Ensemble ils pénètrent dans le flot du métro, et pointent régulièrement à l’usine. Un jour de travail ordinaire, notre peintre, occupé à regarder le flirt du patron avec une « hautaine secrétaire galbée », reçoit dans le nez la fenêtre, rageusement poussée par le patron. Vigoureusement encadré, il est emmené chez « le gentil directeur ». Alors commence l’odyssée de Themroc. II rugit dans les toilettes, s’enfuit telle une bête fauve de l’usine, provoque la perturbation et l’effroi partout où il passe. Puis il fabrique une tanière, d’où il descend grâce à une échelle de corde, pour aller chasser. Le film se termine par une orgie de « poulet » à la broche, dans une atmosphère digne de Cromagnon.

THE WATERMELON WOMAN

SPOUTNIK EN PLEIN AIR - LIBRAIRIES EN PROJECTION
présenté par librairie la Dispersion


Cheryl est une jeune lesbienne africaine-américaine qui travaille dans un vidéo club à Philadelphie avec sa meilleure amie Tamara. Cheryl commence à s’intéresser aux films des années 30 et 40 dans lesquels jouent des actrices noires et remarque que ces actrices ne sont la plupart du temps créditées. Elle se concentre sur une actrice noire de Philly, connue sous le nom de scène de The Watermelon Woman (La femme à la pastèque). Cheryl se lance dans un film documentaire qui prendra la forme d’une enquête sur la vie de cette actrice.

BELLE DE NUIT – GRISÉLIDIS RÉAL, AUTOPORTRAITS

SPOUTNIK EN PLEIN AIR - LIBRAIRIES EN PROJECTION
présenté par le café-librairie Livresse


Une maison de prostitution et la prison à Munich, la lutte militante à Paris ou la vie à Alexandrie, s’esquisse le portrait de Grisélidis Réal, figure incontournable de l’histoire genevoise récente. S’affirmant au cours des années 1970 comme l’une des meneuses de la «Révolution des prostituées» à Paris pour défendre la perspective de la prostitution comme choix, elle renchérit sur ce positionnement dans ses écrits: «La prostitution est un acte révolutionnaire» (GR). Une science et un humanisme surtout, pour une femme passionnée et libre, profondément féministe de façon aussi personnelle qu’individuelle. Bâti sur de très riches archives, un récit au souffle romanesque, porté par un montage remarquable et par la fureur de vivre d’une héroïne contemporaine: «Que celui qui n’a pas véritablement aimé jette ce livre à la poubelle. Il y sera plus au chaud et au tendre dans les ordures que dans ses mains» (GR). Reste son épitaphe, manifeste du triomphe de la volonté: «Grisélidis Réal, Écrivaine – Peintre – Prostituée »