ÉVÉNEMENTS




SÄHKÖ THE MOVIE

HOMMAGE À MIKA VAINIO AVEC CINDY VAN ACKER
EN COLLABORATION AVEC L’ADC ET LA CIE GREFFE
FILM & PERFORMANCE


Le dimanche 17 février, au Spoutnik, sera projeté pour l’occasion le film mythique “Sähkö The Movie” de Jimi Tenor. Le film, tourné en 16 mm, retrace l’histoire du singulier label Sähkö fondé par Tommi Grönlund ainsi que des artistes finlandais comme Mono Junk, Hertsi, IFÖ et Mika Vainio lui-même. On suit l’unité finlandaise au travail en studio élaborant leur musique à l’aide d’un équipement analogique développé sur mesure. La projection sera suivi d’un concert-solo de Jimi Tenor.

ANIMER LE BIEN ET LE MAL

FOUND IN TRANSLATION - TRADUCTION FIDÈLE
PROGRAMME PROPOSÉ PAR LE WINNIPEG FILM GROUP


L’animation peut être une forme d’art très efficace pour la critique sociale et la satire. La caricature sert alors d’arme et la parodie, d’outil pour exposer le ridicule des conventions sociales et la corruption de l’autorité. Les films de ce programme sont parfois drôles, parfois irrévérencieux et parfois dystopiques par leur rejet des idéologies normatives. Ils sont généralement progressifs et inventifs à la fois artistiquement et formellement, en plus d’être engagés politiquement et socialement.

REGARDER DERRIÈRE NOUS ET ALLER DE L’AVANT

FOUND IN TRANSLATION - TRADUCTION FIDÈLE
PROGRAMME PROPOSÉ PAR LE WINNIPEG FILM GROUP


Les effets de l’héritage de la colonisation du Canada se ressentent encore aujourd’hui. Cela est particulièrement vrai à Winnipeg, ville qui est située sur le territoire du Traité 1, sur les terres ancestrales des peuples anishinaabeg, cris, oji-cris et dénés, et sur la terre natale de la nation Métis. Il s’agit aussi de la ville avec la plus grande population autochtone selon les données du recensement de 2016. Réconciliation est un mot important dans notre ville de nos jours, alors que des efforts sont faits pour reconnaître et corriger les injustices subies par les populations autochtones aux mains des colonisateurs et pour améliorer les relations entre les peuples autochtones et les colons.

(ÊTRE) FEMME AU CANADA

FOUND IN TRANSLATION - TRADUCTION FIDÈLE
PROGRAMME PROPOSÉ PAR LE WINNIPEG FILM GROUP


Ce programme reconnaît et célèbre les films de l’histoire du Winnipeg Film Group qui ont été réalisés par des femmes. Bien que tous les programmes que nous avons créés pour ce projet incluent des œuvres réalisés des femmes, les films de ce programme particulier commentent le genre ou l’expérience d’être une femme au Canada, pays occidental traditionnellement patriarcal. Ces commentaires sont soit explicites ou implicites, s’exprimant individuellement ou collectivement à travers le dialogue entre les différents films.

L’HEURE ET L’ENDROIT

FOUND IN TRANSLATION - TRADUCTION FIDÈLE
PROGRAMME PROPOSÉ PAR LE WINNIPEG FILM GROUP


Les films marquent le passage du temps en documentant les mouvements et les changements. Ils parviennent également, peut-être paradoxalement, à immortaliser un moment précis dans le temps, l’enregistrant afin qu’il puisse être regardé à n’importe quel moment dans le futur. Les fims de ce programme regardent tous en arrière : vers des cinéastes qui ont œuvré auparavant, des pères et des mères et des grand-mères, des per- sonnages historiques, des événements passés et la culture populaire d’autrefois.

HYPERARTISTES

PLANÈTE LA CHAUX-DE-FONDS
PROJECTIONS ET PERFORMANCES
PRIX LIBRE


Hypermétrages orgiaques, ronds de jambes apocalyptiques, hyperhérésie mystique, hypervagins volants et hyperpénis soniques, hypertigres sautant dans des hypercerceaux de feu, hyperdescentes d’organes explosives et hyperroulades dans du porridge : c’est l’hypersoirée de l’Hyperartisme, avec la projections de l’hyperpresque intégrale des films hyperartistes accompagnée d’hyperlives musicaux du style « top délire ».

SHAPITO SHOW

VIKTOR TSOÏ - KINO ET LA PERESTROÏKA
AVEC BRUNCH SOVIÉTIQUE


Au sud de la Crimée, sur les plages de la mer Noire, quatre voyages, quatre quêtes, quatre « losers » magnifiques et héroïques. Chaque protagoniste est au centre de son propre drame mais aux yeux des autres il n’est qu’un personnage secondaire et banal.. Dans un tourbillon passionnant, l’humour absurde se mêle à l’émotion, à la surprise et l’émerveillement.

LETO

VIKTOR TSOÏ - KINO ET LA PERESTROÏKA
SÉANCE SUIVIE D’UN APÉRO DISCO AVEC DISQUES DE VIKTOR TSOÏ


Inspiré de l’autobiographie de Natalia Naumenko, le film raconte les débuts de la scène rock underground à Leningrad dans les années 80 – un peu avant la Perestroïka – et la création d’une salle de concert mythique, le Leningrad Rock Club. Dans une époque ou le rock occidental se trouve au marché noir, trois personnes clés vont se rencontrer et créer la légende du rock soviétique, avec notamment Mike Naoumenko du groupe Zoopark et le jeune Viktor Tsoï, chanteur leader du groupe Kino.

BERNHARD LUGINBÜHL + CHICORÉE

FREDI M. MURER: LES PREMIERS PORTRAITS


Le cinéaste suisse Fredi M. Murer a réalisé autant d’oeuvres expérimentales que de long métrages narratifs à succès. En 1986 Fredi M. Murer est venu présenter quelques films essais sur pellicule à la villa FIA-SKO. Encore jamais venu à L’Usine et dans les locaux du plus beau cinéma du monde, il sera là pour présenter quelques uns de ses premiers films!

PLEIN AIR D’HIVER: GESCHICHTE DER NACHT

À LA MENUISERIE DE L'ILÔT 13 AVEC DU VIN CHAUD
ENTRÉE LIBRE


Le moment privilégié pour la contemplation est la nuit, figure obsessionnelle de ses films. Silence des places muettes et désolées, des rues habitées par l’absence, des architectures piranésiennes, des villes de l’Est aux atmosphère kafkaiennes. Au-delà de l’angoisse et de la claustrophobie, la nuit est « le symbole de la liberté et de l’anarchie. Désertée par l’agitation superficielle des humains et les néons tapageurs, elle permet paradoxalement de « voir la réalité avec plus de clarté. »

ATELIER MTK

PROJECTIONS 16MM ET PERFORMANCES


L’Atelier MTK est un laboratoire cinématographique artisanal de Grenoble qui depuis 1992 invente de nouveaux moyens pour mettre en place et développer une pratique différente du cinéma. Les cinéastes effectuent le développement et le tirage des films Super 8 et 16mm et peuvent découvrir ce que cette étape offre comme liberté d’intervention sur l’image. Le cinéma Spoutnik invite le collectif pour une projection et trois performances avec projecteurs 16mm.

DE CENDRES ET DE BRAISES

SORTIE


Le Spoutnik vous invite à commencer l’année 2019 avec la découverte de De cendres et de braises. Une oeuvre brûlante qui s’enflamme de la parole des habitant·e·s des quartiers HLM de la ville des Mureaux – banlieue parisienne ouvrière en mutation – où la cinéaste a habité.

UN COUTEAU DANS LE COEUR


L’année recommence avec un petit diptyque autour de la boîte de nuit lesbienne de Simone Barbès ou la vertu, à laquelle Yann Gonzalez fait un petit clin d’oeil dans Un couteau dans le coeur. Ingrid Bourgoin, la protagoniste principale du premier, apparaît dans le deuxième, au bar de cette boîte qui vingt-huit ans après n’as pas changé d’esprit…

SIMONE BARBÈS OU LA VERTU

PROJECTION DE RÉOUVERTURE SUIVIE D’UN COCKTAIL PÉTILLANT


L’année recommence avec un petit diptyque autour de la boîte de nuit lesbienne de Simone Barbès ou la vertu, à laquelle Yann Gonzalez fait un petit clin d’oeil dans Un couteau dans le coeur. Ingrid Bourgoin, la protagoniste principale du premier, apparaît dans le deuxième, au bar de cette boîte qui vingt-huit ans après n’as pas changé d’esprit…

1991-2019 : NOUVELLE GRÈVE DES FEMMES*, MÊMES COMBATS?

SOIRÉE DOCUMENTAIRE ET DISCUSSION
ENTRÉE LIBRE


Samedi 2 juin à Lausanne, 150 femmes* ont décidé d’ouvrir une année féministe avec l’objectif d’aboutir à une grève féministe le 14 juin 2019. Fortes de l’expérience de la grève des femmes* espagnole qui a uni 5.3 millions de femmes* le 8 mars 2018, à la suite des deux plus grandes manifestations féministes suisses depuis 1991, le 22 septembre pour l’égalité salariale #ENOUGH18 et le 24 novembre contre les violences faites aux femmes #NousToutes, et portées par le renouveau international des mouvements féministes, les femmes* de la Grève féministe 2019 sont sur la bonne voie pour faire bouger les lignes.

Vide grenier du Spoutnik

marché et apéro de fin d'année


Vendredi 21 décembre de à 17h-19h, vide grenier du Spoutik, il y aura des livres cinéma, des posters de films, des dvds, et autres babioles liées, avec en plus des T-shirts de Jean-Luc Godard, des Spouts en 6 packs, et des super abonnements à offrir.

Workshop avec Kazehito Seki

Body-voice method voice training
Workshop prix libre (conseillé 50.-)
8 places sur inscription (cinema@spoutnik.info)


Body-voice method is the simplest way for vocalisation. It lets you notice how your body can naturally vocalise. All you need is just to focus on each breath, each moment of the state of your body, and then, just let it go. Vocalisation is a general function of human as an animal. However it is a technically highly complicated and sophisticated function. Our body originally has and knows how to use such a great function. Most of us can normally talk to another person with precisely appropriate volume, direction, and tension. When you speak, the sound of your voice is automatically tuned up very accurate by your body.

The Draughtsman’s Contract

GIFF- Film & Beyond : Peter Greenaway


Épouse délaissée, l’aristocratique Mrs Herbert passe un marché avec un peintre réputé : elle lui commande huit dessins de la propriété, qu’elle paiera au prix fort, en argent et avec son corps… Irrévérencieux, osé, savant, obsédant comme la BO de Nyman : le film qui révéla Peter Greenaway.

New Swiss Talents

Focus GIFF
entrée libre


Organisé pour la deuxième année consécutive et avec le soutien du Pour-cent culturel Migros, ce programme permet à six cinéastes de la relève en Suisse de discuter en profondeur de leur projet de long métrage avec des scénaristes et producteurs suisses et internationaux. Le but est de renforcer la phase de développement du projet, de faciliter leur rencontre avec les professionnels et de les familiariser avec les enjeux industriels du cinéma. Les derniers courts métrages des participants seront également projetés le même jour dans le cadre du Festival.

France/tour/détour/deux/enfants

Rétrospective GIFF
Beau comme une TV qui brûle


Godard interroge deux enfants. Un garçon, une fille. Les conversations s’enchaînent dans la rue, dans leur chambre, à l’école. Facétieux et politiques, JLG et Miéville détournent un manuel scolaire de 1877 pour en faire une série mythique, hélas trop peu vue.

Eight Hours Don’t Make a Day

Rétrospective GIFF
Beau comme une TV qui brûle


Fassbinder a 27 ans. L’iconoclaste Gunther Rohrbach, en charge de la fiction pour la chaîne régionale WDR, propose au turbulent cinéaste de prendre les commandes d’une série. En toute liberté. Fassbinder en tirera un récit jubilatoire sur la classe ouvrière. Peut-être son travail le plus lumineux.

Spoutnik on air – f f channel

Radio performative en collaboration avec Radio Usine
Globale Abyssale de l'Usine


Espace radio cosmique avec performances live, pièces radiophoniques, lectures et interviews d’artistes programmés à la Globale de l’Usine du 29 décembre 2018. Le programme complet sera diffusé sur Radio Usine.

f f channel est une radio performée et un espace sonore valorisant les productions réalisées par des femmes, personnes trans* et autres minorités de genre dans les musiques noise et expérimentales, ainsi que la littérature.

Sōon

performances audiovisuelles noise
projection de Pinocchio √964
tarif unique 5CHF


Soirée de performances bruitistes et vocales avec un workshop, quatre sets, et un final en projection avec un film cyberpunk japonais culte, le tout placé sous le sigle du vacarme (sōon).

Mademoiselle V. _ Deuxième chapitre – Ensemble Vortex

performance sonore et visuelle


Essai ou délire mythobiographique, ce projet met en lumière le travail de recherche de Vincent Capes et John Menoud. Pérégrination occulte sur les traces d’une femme qui aurait jalonné de sa lumière plusieurs époques et peut-être bien des siècles. Une œuvre sur l’histoire de l’érotisme à travers les divers courants et mouvements artistiques qui ont jalonné le vingtième siècle et en particulier le surréalisme qui fut un catalyseur de première heure de l’érotisme à travers la poésie, la peinture, la photographie, le cinéma et une multitude d’autres médiums.

ANALOG IS NOT DEAD #1

Projections sur pellicule avec Fonction:Cinéma


Fonction:Cinéma, association professionnelle pour le cinéma indépendant, consacre deux soirées consécutives à l’usage de la pellicule dans le cinéma contemporain.
Pour la première, organisée en partenariat avec le Spoutnik, place aux images !!! Nous vous avons concocté un programme éclectique et stimulant avec la projection en 16 et 35 mm de courts, moyens et long métrages, tous produits et réalisés ces dernières années.
Analog is not dead #2 aura lieu le lendemain, le 29 novembre, à Fonction:Cinéma (www.fonction-cinema.ch) pour prolonger la discussion avec Gaëlle Rouard (réalisatrice), Emmanuel Lefrant (réalisateur et directeur de Light Cone, Paris) et Peter Hoffmann (réalisateur et programmateur).

poésies en mouvement #9 – réflexions

Performances proposées par l’association makaronic
entrée libre


Dans le paysage mythologique, Écho, la nymphe amoureuse, est la figure absente. En creux. Réfléchissante. Laquelle – dans le renvoi du même – introduit l’altération (flou, irisation, réverbération, vibrato) révélatrice de l’identité fracturée de Narcisse. Pour l’occasion de sa neuvième soirée « poésies en mouvement », l’association makaronic.ch invite les performers à réfléchir à ce complexe rapport au même, configuré par les phénomènes verbaux, sonores, visuels, gestuels de report, répons, reprise… tels que, du mythe ovidien, on peut aujourd’hui risquer de les mettre à l’œuvre.

Vortex

Lydia Lunch - Big Sexy Noise
projection et concert en collaboration avec le Théâtre de l’Usine et Kalvingrad


Lydia Lunch est Angela Power, détective privée au sens de l’ironie prononcé et chargée d’enquêter sur la mort d’un politicien véreux. Cette enquête l’entraînera dans une affaire d’espionnage international plus importante que prévue et qui la pousse à rencontrer Mr. Big, patron invalide d’une multinationale en réalité dirigée par son chauffeur.

Ton existence est un désastre: Presque un film sur la microédition

Le Monstre Festival
prix libre


Après avoir suivi pendant un an les deux nanoéditeurs de La Puce (Genève), caméra au poing et à travers toute la Suisse, Tom Rais propose un parcours labyrinthique et alcoolisé de plusieurs lieux et diverses ambiances, au gré des festivals chaotiques et des événements culturels.

The Bastards schizo terrorist

The Bastards // film et brunch
séance proposée par Urgence Disk


Sandro Sursock, leader et chanteur de « The Bastards » raconte l’histoire du groupe punk genevois qui sévit bruyamment en Suisse en 1977-78. En 2006, vingt-huit ans plus tard, le groupe se reforme pour un unique et explosif concert au Piment Rouge à Genève.
Le film dévoile les images brûlantes de ce live, des documents inédits d’archives incluant un show TV filmé par la TSR (1978), et quelques perles, dont les apparitions fantasmagoriques de Jack & the Rippers, the Yodlers Killers et des Discolokosst.

Moon

Bièrnissage de la Spout 2 - Laïka


Sam Bell vit depuis plus de trois ans dans la station lunaire de Selene, où il gère l’extraction de l’hélium 3, seule solution à la crise de l’énergie sur Terre. Souffrant en silence de son isolement et de la distance le séparant de sa femme et de sa fille, il passe son temps à imaginer leurs retrouvailles.

Mais quelques semaines avant la fin de son contrat pour l’entreprise Lunar, Sam se met à voir et à entendre des choses étranges. D’abord convaincu que son isolement y est pour quelque chose, il se retrouve malgré tout à enquêter et découvre que si ses patrons ont prévu de le remplacer, ils n’ont jamais projeté de le ramener.

Unrest + White Epilepsy

Philippe Grandrieux
En collaboration avec la Head - département cinéma.


White Epilepsy est le dernier mouvement d’une trilogie initiée par White Epilepsy et Meurtrière qui nous rapproche d’un corps comme revenu du fond des âges, un corps archaïque que l’on ne connaît pas et qui pourtant ne cesse de projeter en nous son ombre, son inquiétude.

Malgré la nuit

Philippe Grandrieux
En collaboration avec la Head - département cinéma.


On entre dans le film comme dans un rêve. Paris. Lenz cherche Madeleine disparue mystérieusement. Il rencontre Hélène une jeune femme envoûtée par sa pulsion autodestructrice. Un amour fou naît entre eux. Louis et Léna dévorés par leur jalousie amèneront Lenz à suivre malgré lui Hélène dans le monde souterrain d’un sombre réseau d’exploitation sexuel. Fut-il perdu, d’emblée perdu, l’amour est ce qui nous sauve.

Contes de juillet

Deux films de Guillaume Brac


Des étudiant·e·s d’art dramatique sont invité·e·s à sortir du Conservatoire supérieur national de Paris pour suivre un atelier d’été dirigé par Guillaume Brac. Le dispositif de tournage est minimal, trois technicien·ne·s, une petite caméra numérique, un pied et un micro. Les deux contes qui composent le recueil sont tournés dans des lieux proches du cinéaste et des personnages: le base de loisirs de Cergy Pontoise, où Guillaume Brac a ensuite tourné LÎle au trésor (diffusé au Spoutnik en décembre), la Cité Universitaire de Paris, où vit Hanne, l’une des étudiantes. Les loisirs, la vie à la CU, l’amitié et les amours. Des contes de jeunesse, avec une dimension du conte moral, racontés avec la bonne dose de légèreté et toute une palette de sentiments. Le résultat de cette collaboration est jussif: deux contes estivaux – l’un rhomérien et l’autre aux airs d’un film d’Hong Sang Soo, à découvrir en présence du cinéaste!

Une Vie toute neuve

Mois des adopté·e·s
Festival Les Créatives


Séoul, 1975. Jinhee a 9 ans. Son père la place dans un orphelinat tenu par des sœurs catholiques. Commencent alors l’épreuve de la séparation et la longue attente d’une nouvelle famille. Au fil des saisons, les départs des enfants adoptés brisent les amitiés à peine nées. Jinhee résiste, car elle sait que la promesse d’une vie toute neuve la séparera à jamais de ceux et celles qu’elle aime.

Table ronde: Adoption internationale, la parentalité est politique

Mois des adopté·e·s
Festival Les Créatives
entrée libre


Comment des enfants sont-ils rendus disponibles à l’adoption? Dans notre monde globalisé, l’interdépendance des oppressions de race, de classe et de genre a un impact concret sur la vie et la capacité d’agir de mères du Sud global, mais aussi de femmes racisées ou en situation précaire du Nord global.

Couleur de peau: Miel

Mois des adopté·e·s
Paraponera festival - Outrage Collectif
jeune public dès 10 ans


Ils sont 200 000, les enfants coréens disséminés à travers le monde depuis la fin de la guerre de Corée. Jung est l’un d’entre eux, né en 1965 à Séoul et adopté en 1971 dans une famille belge. Adapté du roman graphique, le film revient sur quelques moments clés de la vie de Jung: l’orphelinat, l’arrivée en Belgique, la vie de famille, l’adolescence difficile… Il nous raconte les événements qui l’ont conduit à accepter ses mixités. Le déracinement, l’identité, l’intégration, l’amour maternel, tout comme la famille recomposée et métissée, sont autant de thèmes abordés.

Deckname Jenny

Soirée FLURAX


Un groupe d’activistes radicaux militent pour l’ouverture des frontières par des actions explosives dans une petite ville allemande. Quand le père de Jenny découvre accidentellement ses ambitions militantes, il doit affronter son propre passé. Qu’est devenue l’ancienne génération de l’époque de la RAF et comment se noue le dialogue avec les militant·e·s d’aujourd’hui?

Low Life

Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval
en collaboration avec la HEAD – Département Cinéma


Un groupe de jeunes gens s’organise dans une ville, animés par l’espérance en un autre monde à inventer. Une nuit, ils s’opposent à la police venue démanteler un squat d’Africains. Carmen, qui vient de rompre avec Charles, fait la rencontre de Hussain, un jeune poète afghan. Fous amoureux l’un de l’autre, ils ne se quittent plus. Lorsque Hussain reçoit le document qui lui enjoint de quitter le territoire, il entame une fuite et se réfugie après un contrôle de police dans l’appartement de Carmen. Paniquée à l’idée qu’il se fasse arrêter, Carmen lui interdit de sortir et s’enferme avec lui.

L’Héroïque Lande, la frontière brûle

Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval
en collaboration avec la HEAD – Département Cinéma


En hiver 2016, la Jungle de Calais abrite près de 12000 personnes. C’est une cité naissante. Quelques mois plus tard, au printemps, sa zone sud sera entièrement détruite, obligeant ses habitants à quitter leurs rues, leurs commerces, leurs logements pour se déplacer à nouveau dans une autre partie de ce territoire. En automne de la même année, l’Etat organise le démantèlement définitif de la Jungle. Mais l’énergie et la résistance de ces hommes et de ces femmes, arrivés en France dans un état le plus souvent de survivance, continuent à nourrir leur détermination, leur croyance en une autre vie possible.

I am Gagarin

Spoutnik en orbite: 4 octobre 1957


En 1991, j’ai 20 ans. Tandis que l’Union soviétique s’effondre, je m’envole au son de la musique techno à la Gagarin Party organisée au pavillon Cosmos. Quelques années plus tôt, je visitais ce lieu vantant les mérites de l’économie soviétique. “Je ne pourrai jamais plus vivre autrement” avais-je dit à Vanya, l’un des organisateurs de cette rave party. En 1998, Vanya disparaît sans laisser de traces. À sa recherche, je reconstitue cette vertigineuse époque à partir de témoignages, d’archives et de souvenirs. Où est Vanya? Où donc s’est envolé ce temps, celui de notre jeunesse?

Retour au palais

Sortie


« La première fois que je suis entrée dans le Palais de Justice de Paris, j’avais vingt ans. Il avait déjà mille ans et des poussières. 6999 portes, 3150 fenêtres et 24 kilomètres de couloirs, selon la légende.
J’y ai travaillé pendant plus de dix ans. J’étais chroniqueuse judiciaire.
Les nuits où il fallait rester tard pour attendre un verdict, je m’éloignais des lumières et m’enfonçais dans des couloirs de plus en plus sombres. J’entendais des grondements venus des tréfonds. J’avais la sensation que le Palais était un être vivant, il me semblait le voir bouger.
Aujourd’hui je m’engouffre une dernière fois dans ce Palais, avant sa disparition. Je mets en scène mon expérience intime, mes émotions, mes sensations, face à une institution toute-puissante. Au fur et à mesure que le Palais se vide et se fait silencieux, les fantômes prennent possession des lieux. Les murs, les boiseries, les tentures, les marches de marbre usées à force d’avoir été gravies, retiennent leur empreinte pour toujours. »

My Father is my Mother’s Brother

Ukraine sous pression


Tolik, artiste de la scène underground ukrainienne, élève sa nièce Katya, petite fille têtue qui a pris l’habitude de l’appeler papa. Sa mère, Anya, est à la fois au cœur du film et comme vouée à la marge, dérivant entre solitude et séjours en hôpital psychiatrique. Des scènes de la vie quotidienne et domestique aux séquences de performance scénique, le film semble flotter, comme un air d’une chanson de Tolik, comme le regard perdu d’Anya, tandis que la lumière blanche et douce créée par Vadym Ilkov – à qui l’on doit en tant que chef opérateur Mariupolis (VdR, 2016) – baigne la vie du trio d’une beauté qui adoucit les tensions. Avec ce premier long métrage documentaire, il réalise un bouleversant portrait de famille, simple et délicat, révélant les liens qui unissent et les failles qui séparent. Attentif aux moments de creux, de silence, de solitude, mais aussi aux gestes de création – les jeux de Katya, les dessins, les tableaux, les chansons de Tolik – le film va chercher du côté du récit d’apprentissage aussi bien que du portrait d’artiste, et capte la fragile beauté d’une relation père-fille dans ce qu’elle a d’universel.

Ukraine contre-culture

Ukraine sous pression


Ce programme a été construit en collaboration avec Oleksiy Radynski du Visual Culture Research Center à Kiev, initiative indépendante et associative pour la promotion de l’art et de la théorie politique. Réalisateur et écrivain, il a aussi participé en tant qu’éditeur de la version ukrainienne de “Political Critique” – plateforme d’information spécialisée dans les pays d’Europe de l’est.

Ces trois films proposent de mettre en regard des initiatives de plusieurs personnes actrice de la contre culture dans deux villes différentes d’Ukraine, à savoir Kiev et Kharkiv, avec un court métrage final de Anatoly (Tolik) Belov – artiste phare de la scène LGBTQIA underground ukrainienne.

Donbass

Ukraine sous pression


Dans le Donbass, région de l’est de l’Ukraine, un conflit hybride mêle interventions armées ouvertes et guerre de l’information. Les milices séparatistes pour la république indépendante du Donbass imposent leurs présences via des check points routiers fréquents et le soutien forcé de la population. Le film présente à travers ses plans séquences une balade dans les villes et les campagnes, comme un périple difficile empli de situations absurdes et satiriques. Toute la complexité du conflit qui oppose tant les politiques que les populations est présentée comme un noeud inextricable et qui pose la question de la réalité présentée dans les médias.

Les Printemps de notre vie (fragments)

Les années 68 à Genève


Entre les deux expositions nationales suisses de 1964 et 2002, que s’est-il passé ? Une quinzaine de personnes parlent sans complaisance d’hier à la lumière d’aujourd’hui. Leurs visages et leurs voix se mêlent aux archives locales et internationales. Histoires personnelles et politiques tissent une trame dense que Francis Reusser organise avec habileté et chaleur.

Vive la mort

Les années 68 à Genève


Premier long métrage de fiction de Francis Reusser, tourné dès 1967 et présenté en 1969 dans le cadre de la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes, Vive la mort est un témoignage d’exception sur l’esprit dans lequel baigne alors la jeunesse contestataire en Romandie. Le film, à la structure disjointe, propose une satire sociale particulièrement grinçante sous couvert d’histoire d’amour, étrillant une Suisse rétrograde et hypocrite et la société capitaliste dans son ensemble. Vive la mort est présenté à Genève pour la première fois dans sa version fraîchement restaurée.

Le Sang

Les années 68 à Genève


Une communauté de jeunes de jeunes gens traverse non sans déboires un plateau désolé des Causses. Afin de nous horrifier par la conscience de notre propre cruauté, ils égorgent successivement un sanglier, un mouton, une vache.
“C’est un film d’une violence extrême, à la Arrabal… ça lorgne du côté du Living Theatre. Il y a des meurtres là dedans et ça c’est intolérable: je regrette vraiment d’avoir assité et d’avoir été complice de tout ça.
Je ne rejette pas le film mais, parce que je ne suis pas un meurtrier, je ne peux pas le montrer même si au niveau de la mise en scène, je n’ai peut-être jamais fait mieux.”

Histoires d’A

Les années 68 à Genève


Histoires d’A. (1973). Film interdit. Pour la première fois un film rend compte au bon moment d’un phénomène important (la lutte des femmes pour la libre disposition de leur corps, pour le droit d’interrompre leur grossesse). La conjoncture crée le film, l’interdiction du film lui crée un public, le public doit s’organiser politiquement pour voir le film, le film crée la conjoncture. Et ses auteurs (Charles Belmont et Marielle Issartel) ? Avec vaillance, ils portent leur film comme le brûlot qu’il est.

Charles mort ou vif

Les années 68 à Genève
Précédé par le film “GHOG, un film tract”


Charles Dé (Michel Simon), industriel genevois en fin de carrière, est à bout de souffle. Oppressé par une routine répondant aux seuls lois du libéralisme et d’une société Suisse bien pensante, il décide d’abandonner ses affaires et s’éloigner de son entourage en quête d’une autre existence. Pour se défaire de toute la médiocrité, l’hypocrisie et l’égoïsme qu’il incarne et qui l’entoure, il s’installe à la campagne chez un couple bohème avec lequel il découvre les plaisirs simples de la vie.

ÉCRAN LIBRE – ADAPTATIONS

SPOUTNIK EN PLEIN AIR - LIBRAIRIES EN PROJECTION
courts métrages et performances
présenté par Greta Gratos


Pour l’écran libre du dimanche 26 août, envoyez-nous vos films ou projets de perfos autour de la thématique large ADAPTATIONS avant le dimanche 19 août. Conditions de participation: les films doivent être réalisés pour l’occasion avec vos propres moyens. Durée maximum (film ou perfo) 7 min, fichiers numériques à fournir par mail à cinema@spoutnik.info, par courrier postal ou en main propre.