FOCUS CÉDRIC DUPIRE

En constante interrogation sur les liens qui unissent la musique à son environnement, Cédric Dupire travaille à la représentation sensorielle et sonore des images. Il débute son travail en 2005 par une rencontre avec les musiques traditionnelles du Rajasthan qu’il porte à l’écran à travers Musafir. S’ensuit la création du Studio Shaiprod en collaboration avec Jérôme Aglibert et Pierre-Yves Perez.

Ce focus propose de découvrir deux longs métrages tournés dans deux endroits diamétralement différents mais avec toujours le même regard particulier et la volonté de sublimer l’image par le son, l’esprit de ses protagonistes par la musique. Le clou du programme sera la projection de ses courts métrages sur pellicule avec la musique contemplative de l’islandais Bjarni Gunnarsson.




BJARNI GUNNARSSON JOUE SUR LES COURTS-MÉTRAGES DE CÉDRIC DUPIRE

FOCUS CÉDRIC DUPIRE
EN PRÉSENCE DE CÉDRIC DUPIRE
CINÉ-CONCERT EN QUADRIPHONIE


« À l’origine, une envie d’échange et des territoires communs : les matières, les textures et le mouvement. Un mouvement organique qui travaille le son granulaire et le grain de la pellicule. Un mouvement temporel qui s’affranchit des mesures et des cadences d’obturation. »

KINGS OF THE WIND & ELECTRIC QUEENS + SILENT BLOCK

FOCUS CÉDRIC DUPIRE
EN PRÉSENCE DE CÉDRIC DUPIRE


Immersion à l’intérieur de la foire de Sonepur en Inde où chaque année se rassemblent des milliers de personnes pour fêter le jour sacré de pleine lune de Kartika Poornima. Ce marché attirant pèlerins, négociant·e·s, fermier·e·s et badauds en provenance de toutes les régions d’Inde est aussi le lieu d’une gigantesque fête foraine de culture populaire binari où se produisent artistes, cascadeurs et danseuses.

WE DON’T CARE ABOUT MUSIC ANYWAY + PLUS AUCUNE MÉMOIRE VIVE

FOCUS CÉDRIC DUPIRE
EN PRÉSENCE DE CÉDRIC DUPIRE


Tourné en quelques mois dans les clubs de Tokyo et dans des lieux insolites tels qu’une usine de recyclage ou une vieille école abandonnée, le film fut l’occasion d’inviter des musicien·ne·s à improviser au sein de cadres extraordinaires, à s’exprimer sur leur existence dans une une société remplie de contradictions.